-
Le 29 June 2010 à 00:00 | mise à jour le 30 June 2010 à 08:18

24 Heures avec le team Powerslide/Ligne Droite

24 Heures avec le team Powerslide/Ligne Droite

Jamais une équipe aussi forte ne s'était engagée sur les 24 Heures du Mans roller. En l'absence de compétition majeure au calendrier international, la formation Powerslide/Ligne Droite a monté une équipe de choc sur la plus grosse épreuve européenne d'endurance. Dans ses rangs, une palanquée de patineurs titrés aux championnats du Monde ou aux championnat d'Europe. Retour sur un week-end de records...

Article par 

The article in english here

Les forces en présence

La marque Powerslide associée à son revendeur national sur les courses le magasin www.ligne-droite-roller.com a mis en place une équipe de folie pour l'édition 2010 du Mans.

Une figure de proue : Yann Guyader

Juste pour le plaisir, nous allons commencer par vous établir le pedigree exceptionnel des coureurs de l'équipe Powerslide/Ligne Droite. Commençons par le patineur le plus connu de l'équipe noire et blanche : Yann Guyader. Le français n'a jamais participé à l'épreuve mancelle et rêvait de l'ajouter à son palmarès déjà bien fourni, histoire que le CV soit complet. Pour résumer, Yann a tout gagné : champion du monde, vainqueur de la Swiss Inline Cup, de la World Inline Cup, de la French Inline Cup, des 3 Pistes, de Gross Gerau, des Jeux Mondiaux... bref, le meilleur patineur du monde en 2008/2009.

Des coéquipiers de choc

Le Mans, c'est avant tout une course d'équipe. Et celle alignée par Powerslide/Ligne Droite est sans aucun doute la formation la plus solide jamais engagée.
Parmi les personnalités vient donc également un coureur allemand de renom, j'ai nommé Félix Rijhnen, un grand gaillard qui doit allègrement dépasser les 1,85 m avec une allonge de folie et plusieurs podiums en Coupe du Monde. Ajoutez là dessus le français Pascal Briand, multiple champion du monde sur roulettes qui a aussi participé aux Jeux Olympiques sur glace. Saupoudrez d'un peu de Tristan Loy, ancien du mythique team Salomon, patineur sur glace de niveau international, accessoirement recordman du Monde de l'heure (36,450 km réalisé en 2000 à Grenoble). N'oubliez pas non plus un Ewen Fernandez tout feu tout flamme cette année avec une belle seconde place en Coupe du Monde à Rennes capable de vous enchaîner les tours comme une horloge. Au delà de ces noms bien connus dans le monde du roller, il ne faut pas oublier : Jore van der Bruge (Belgique), Ted Ooijevaar (Holland), Anthony Averty (France), Sven Mallazie (Belgique) et bien évidemment Kwinten Tas (Belgique). La plupart d'entre eux participent régulièrement aux championnats d'Europe et aux championnats du Monde.

Le staff

Ce ne sont pas moins de 9 personnes qui ont entouré l'équipe Powerslide/Ligne Droite durant les 24 Heures 2010 : 2 cuisiniers, un masseur/kinésithérapeute, 2 personnes au chronométrage, un manager, et on en passe !

La construction de la stratégie

Histoire de ménager les patineurs qui vont faire les championnats de France la semaine prochaine, Christophe Audoire, le manager de l'équipe, a organisé les roulements de la façon suivante : Ewen et Yann vont rouler au maximum le samedi avant la nuit histoire de se préserver pour le lendemain et de ne pas être trop cassé pour les France Piste de Saint-Brieuc.
Les deux coureurs vont donc partir le samedi soir à partir de 21h00 et revenir le dimanche à 8h00 du matin. La nuit, on fait tourner les anciens comme Pascal ou Tristan.
En fait, Yann et Ewen sont là pour claquer des chronos. Bref, être systématiquement en dessous de 6'30, histoire de creuser l'écart d'entrée de jeu avec la concurrence. D'ailleurs, ils ne s'en priveront pas avec des chronos régulier en dessous des 6'15. Ils vont donc rouler une heure en se relayant seulement à deux avant de partir se coucher. Le lendemain, il referont de même pour accentuer encore l'écart.

Le départ

Les 604 équipes et solos présents cette année sont alignées sur l'interminable ligne droite des stands. Leur image se perd au lointain sur 300 m dans les vapeurs que la chaleur dégage du bitume. Un mirage en plein désert où le sol se mêle au ciel dans un étrange effet miroir. La chaleur est accablante, on dépasse les 33°C à l'ombre avec un vent quasi nul.
Le compte à rebours s'égrène. Yann Guyader s'élance vers ses patins moulés, il parvient à chausser dans les 5 premiers malgré une structure en carbone ultra proche du pied et totalement inadaptée à l'exercice. Il s'élance patin desserrés, avale 3 patineurs fitness en une dizaine de mètres. Il part seul à l'assaut de la côté du Dunlop.
Le flot dense et coloré des patineurs s'écoule sur la piste pendant de longues minutes. Puis, le bitume se dégage petit à petit, le calme de la platitude de l'enrobé contraste avec la frénésie des spectateurs massés sur les barrières et dans les tribunes. Tous ont le regard tourné vers l'entrée de la ligne droite, 300 m plus bas.
Un coureur se détache enfin en ombre chinoises au travers de vapeurs et des feux des motos. On reconnaît immédiatement cette position basse si caractéristique si propre au français. Pas de doute, c'est bien Yann Guyader qui entame seul l'interminable faux-plat montant devant une foule hystérique ! Le public clame son nom, un moment à vous donner la chair de poule.
On réalise alors petit à petit l'impressionnante accélération qu'il a dû fournir pour prendre une telle avance. Ses traits se dessinent au fil de progression. Les poursuivants n'ont toujours pas pointé le bout de leurs roulettes dans l'ultime virage précédant la ligne droite des stands. Tout simplement hallucinant. Yann franchit sur la ligne de départ quand le peloton des poursuivants entame le dernier virage.
Il a déjà pris 45 secondes d'avance en moins d'un tour. Pour résumer, Il boucle la première révolution en 6'45, chaussage et démarrage compris. Le ton est donné pour les 24 Heures à venir. La course est déjà bouclée, tuée dans l'oeuf. Yann file pour son deuxième tour. Il nous confiera quand même plus tard que la Dunlop a laissé des traces. Ouf, il nous rassure... quelque part, il est encore humain !

La course

Yann va ensuite passer le témoin à Ewen Fernandez. Puis les autres patineurs vont enchaîner les tours à toute allure. Pour vous donner une idée des temps de ces messieurs : Ewen roule régulièrement en dessous des 6'20. Pascal a réussi un tour en 6'16. Yann enchaîne un tour en 5'58 (prise manuelle). La plupart des autres patineurs de l'équipe sont capables d'être régulier entre 6'40 et 7 minutes. La formation est donc assez homogène.
La nuit, Tristan roule moins fort mais enchaîne les tours comme une machine. Au petit matin. Powerslide/Ligne Droite a déjà 6 tours d'avance sur la formation CSR Team. Le Paris Hockey Club est en 3ème position.
Avec le retour de Yann et Ewen de l'hôtel, l'écart va se creuser à nouveau. Les deux patineurs vont enchaîner les tours et faire tomber le chronos pendant une heure. La course s'achèvera finalement avec 13 tours d'avance sur les seconds et 18 sur les 3ème.

Le bilan

Record officiel du tour en 6'01, record du nombre de tours avec 208 révolutions, Powerslide n'aura pas fait dans la dentelle cette année. La formation noire et blanche totalise 866 km à une moyenne de 36 km/h. C'est une excellente chose que des équipes internationales s'intéressent à ce genre d'épreuve. Elles permettront peut-être d'augmenter la visibilité médiatique d'un événement comme le Mans. L'épreuve mancelle offre une visibilité sans égale pour les marques. Espérons qu'à terme d'autres écuries de taille viendront également participer à la compétition. Qui sait, pourquoi pas à l'occasion d'une coupe du Monde d'endurance ?

Les impressions de Yann Guyader

"Je n'étais seulement passé qu'en coup de vent il y a 4 ans. Là, je me suis pris une bonne claque et ce dès le début de l'épreuve. En effet, dès la rando, je me suis rendu compte de l'ampleur de l'événement et de son impact sur le monde du roller. Je n'ai jamais ressenti cette sensation autre part qu'à Berlin, la plus belle compétition de roller.
L attente pour le départ était vraiment sympa : le décompte du chrono, cette forme d'adrénaline qui monte avec cette tribune comble... et puis le départ est donné. Là, il faut choisir entre la sagesse et la folie. J'opte pour la deuxième solution et je pars patin complètement desserrés. Qu'importe, cela me permet de prendre un avantage décisif.
Mon premier passage sur la ligne est mémorable pour moi. La foule m'acclame et je suis seul pour en profiter. Les autres sont déjà loin derrière. En conclusion : que du bonheur ce passage sur la première ligne d'arrivée !
Puis, les choses se tassent. He peux enfin profiter de l'ambiance. Ce que j ai préféré d'ailleurs, plus que la course en soit, c'est ce mélange hétéroclite de patineurs expérimentés et débutants partageant leur box avec nous. J'ai partagé avec des gens de tous bords que je connaissais ou non. Je peux maintenant dire que le roller sans les 24 Heures, ce ne serait pas le roller dans sa définition la plus complète ! J'ai aimé le professionnalisme de l'organisation. Tout est bien rodé, tout est sécurisant et incite au dépassement de soi tant les conditions sont bonnes.
J'ai moins aimé la chaleur qui nous a empêché de faire de meilleurs temps : le 5'50 à la fraîche était largement prenable. J ai aime à certain moment même si c'était chaud le trafic en tout début et en fin de course. C'est un peu comme prendre l'autoroute entre Lyon et Marseille le 15 août en passant sur la bande d'urgence avec une grosse cylindrée (c'est juste une image !).
En conclusion je suis conquis. J'ai adoré l'expérience, le fait de courir en equipe et de se motiver mutuellement et surtout de se défoncer sur 24 heures même si pour nous l'effort est différent et constitue plus une accumulation d'effort courts et intense que de l'endurance à proprement parler.
Je suis donc satisfait de cette participation et de cette nouvelle corde que j'ai mis a mon arc ! Je regrette seulement le manque de reconnaissance de la performance quelle qu'elle soit de la part de l'organisation : j aurais aimé des récompenses pour tout record battu que ce soit pour celui du tour, du nombre de tour total, et ce dans toutes les catégories. Je pense que sans vouloir parler d'argent, certains efforts méritent mieux que ca. Je pense notamment aux solos. Un peu plus de reconnaissance et de récompense et la copie sera parfaite monsieur Mogis ! On en est proche ! "

Liens utiles

Les résultats complets de l'épreuve Site de Powerslide
Site de Ligne Droite Roller
Lire l'article de Ouest France iciTexte : Alfathor
Photos : Alfathor
Mis en ligne  le 29 June 2010 - Lu 8079 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB