-
Le 08 June 2010 à 00:00 | mise à jour le 02 August 2010 à 07:43

PSWC 2010 (Paris Slalom World Cup)

PSWC 2010 (Paris Slalom World Cup)

La 8ème édition de la Paris Slalom World Cup (PSWC 2010) a pris place du 28 au 30 mai dernier sur la fameuse Esplanade du Trocadéro. Durant 3 jours, les compétiteurs se sont affrontés dans les différentes disciplines. On débute avec les épreuves de freestyle classic, le speed-slalom et le slide contest...

Mis en ligne par 

Paris, Esplanade du Trocadéro - 28-30 mai 2010

install Flash to see this VODemotion video
VODemotion, vos envies en vidéos.

La Malédiction

La malédiction a encore frappé ! Pourtant... on dit bien Jamais deux sans trois : on aurait dû (statistiquement, si on se fie à l'adage) avoir encore une édition de répit !
"Mais de quoi elle parle ?!"
D'une : je ne parle pas, je m'insurge. De deux : je m'insurge contre la pluie ! Eh oui... ça faisait deux ans qu'on slalomait habillement entre les gouttes pour le PSWC. La huitième édition n'aura pas eu cette chance , malgré le sus-mentionné adage qui promettait pourtant du soleil.
Heureusement, l'équipe de choc de l'organisation a appliqué le Plan Pluie, et la compétition a pu se dérouler jusqu'au bout sous de grosses tentes mises bout-à-bout.

Championnats d'Europe WSSA

- Chaque année, les événements importants (tels que championnats d'Europe, d'Asie, et du Monde) se baladent de ville en ville. Cette année, c'est au PSWC d'obtenir le titre de Championnat d'Europe WSSA 2010.
- L'événement avait déjà gagné en importance l'année dernière, mais cette année aussi (et encore) les stats ont explosé. 79 hommes et 37 femmes ont pris part au Battle, 62 hommes et 33 femmes au Speed, 43 hommes et 22 femmes au Classic. 20 pays étaient représentés.
L'année dernière les inscrits étaient une grosse centaine. Cette année non seulement ils étaient une cent-soixantaine mais la plupart a participé à un maximum d'épreuves.
- Victime de son succès, la PSWC a dû gérer un programme aussi serré qu'intense pour arriver à tout boucler dans les temps. Et malgré les bâtons que la pluie a mis dans les roues de l'organisation, la compétition a fini quasiment dans les temps , avec un petit retard dû au montage des tentes.

Le programme

Sensiblement le même que pour l'édition précédente, le programme était réparti sur trois jours. La compétition a commencé le vendredi après-midi avec l'épreuve de Classic Freestyle, suivie du Slide Contest. Le samedi ont eu lieu la totalité du Speed Slalom et les qualifications du Battle Freestyle hommes et femmes en suivant... ainsi, le dimanche était réservé aux gros rounds de Battle, des huitièmes jusqu'aux finales !

Les Riders

- Quantité ne rime pas forcément avec qualité. Sauf des fois. En tout cas les deux ne sont pas incompatibles : preuve en est avec les riders présents à la PSWC... lorsqu'en regardant les listes on s'aperçoit que chez les hommes comme chez les femmes, on trouvait 30 riders et 30 rideuz dans le Top-50 du World Ranking.
- Plutôt que de vous parler des présents (vous saurez bien qui était là en lisant la suite) j'irai plus vite en citant les absents. Ca serait faux de dire que le No.2 Mondial, Igor Cheremetieff (fra), était absent : comme chaque année depuis trois ans, il est l'un des principaux acteurs de l'organisation de la PSWC. Il était donc bien présent, en chair et en os (et un peu en plâtre aussi au niveau Nord-Ouest , ce qui géographiquement parlant nous situe au niveau de sa main gauche). Xuan Le (fra, #6) était lui bien absent : il a récemment fait une translation de carrière en passant du Freestyle au Cirque... Le King of Style is not Dead, il est juste parti dans une autre dimension. Le russe Dmitry 'Man' Milyokhin (#6) est lui aussi absent pour de bon, fraîchement retraité de la compétition avec sa moitié Nadezhda Zelenova (rus, #3). Les singapouriens n'ont hélas pas pu faire le déplacement cette année.
- Chez les femmes, les absentes aussi étaient rares. Fanny Violeau (fra, #11), l'hirondelle du SebaTeam s'est envolée vers d'autres horizons plus australiens. La chinoise ChenChen, qui avait atteint le No.1 au World Ranking en Mars dernier, n'était pas là non plus... Notons également l'absence de l'ukrainienne Sabina Ismailova (#16), et de la polonaise Lidia Wardzinska (#24).

Vendredi 28 mai - Classic Freestyle

Les riders passaient dans l'ordre inverse du World Ranking, i.e. les non-classés et mal classés en premier et les mieux classés en dernier , et cela afin que le spectacle aille croissant pour les spectateurs.
Comme l'année dernière, les résultats sont donnés immédiatement après le run de chacun, ce qui permet d'établir un classement provisoire, et de rendre la compétition de Classic plus interactive. Les trois premiers provisoires avaient l'honneur de s'installer à leurs places respectives sur le podium provisoire et se retrouvaient sur la sellette à chaque nouveau concurrent.

Classic Freestyle Men

- Pour une fois, les hommes ont ouvert le bal. On est vendredi après-midi, il est 15h, et le premier des 43 concurrents masculins se lance.
- C'est Robin Tessier (fra, #490), dont la propreté millimétrée habituelle en fait un potentiel prétendant sérieux, qui inaugure les plots. Il passe pourtant à côté de son run : plots chutés, chute tout court, et tricks non-finis. - Le premier français au classement final est Antoine 'TotoGT' Colange (fra, #19) qui finit 7e , son application et sa variété ont raison de beaucoup dont les runs étaient techniquement plus osés mais pas toujours bien finalisés... Le stress et le dévers, ça n'a jamais fait de miracles ! Son homologue espagnol, Jon Larrucea (spa, #48) termine 3e, bien qu'il « aurai[t] pu faire mieux » (sic.), avec un run visuellement très propre, dans un style personnel reconnaissable.
- Les deux français suivants sont Alexandre Claris (fra, #90) et Romain Lebois (fra, #86), qui finissent respectivement 11e et 14e ; Claris réussit un run propre et correct, en perfect de plots , le seul chez les hommes... On regrette peut-être la musique jazzy qui laisse un souvenir un peu trop sage.
- Parmi les russes, c'est Andrey Shitov (rus, #18) qui tire son épingle du jeu, avec un superbe run quasi-perfect (il rate juste un trick qui lui coûte le seul plot chuté de son run) avec un beau passage sur le 50s à base de retournés. Il finit 5e, bien devant ses compatriotes Denis 'Disa' Islamov (rus, #20), Viktor 'Generator' Meleshkevich (rus, #22), Roman Gordin (rus, #16) et Kirill 'ReKiL' Ryazantsev (rus, #14) qui se classent respectivement 15e, 20e, 21e et 25e.
- Tim Shraepen (bel, #13) était le seul représentant du Team Freestyle pour cette épreuve. Il s'en tire avec une 12e place honnête pour un run funky et stylé sur Jungle Boogie, titre qu'il s'était promis d'honorer après l'avoir « massacré » (sic.) au Classic de ChunCheon en août dernier.
- Notons la performance du jeune thaïlandais Kantchanok Sawangsri (tha, #43), douze ans au compteur, qui termine 8e pour sa première compétition en Europe.
- En parlant d'asiatiques qui ont traversé la moitié du globe, les coréens sont arrivés en force (...à trois mais en force). Ils se classent d'ailleurs tous les trois dans les dix premières places : Lee Chung Goon (kor, #159) 10e avec un run calé et sympa, des transitions entre les lignes originales, et un gros seven toe d'au moins six plots en dernier trick ; Yu Jin Seong (kor, #39) 6e avec une belle prestation dans l'ensemble , dont un superbe special one foot de six plots ; et Kim Sung Jin qui pour sa deuxième PSWC, conserve sa 1e place au Classic grâce à un run ultra-calé sur sa musique, du style, de la technique, une aisance qui le place au-dessus des autres concurrents... le cocktail coréen par excellence !
- Martin Sloboda (ger, #1) le No.1 Mondial en Freestyle, est arrivé les mains dans les poches, et a présenté un run freestyle , au sens propre du terme. Il termine 4e : de la vitesse, du gros son qui fait mouche à tous les coups , Smack My Bitch Up! , mais surtout grosse technique ! Seulement... l'exercice demandé c'était du run calé, pas de l'impro !
- Enfin... la 2e place est attribuée à Tiziano Ferrari (ita, #7), le No.1 mondial de Speed Slalom avec un run ultra rapide sur un morceau de violon endiablé... mieux encore : il termine certes 2e, mais 1er Européen !

Run de Classic de Kim Sung Jin (kor)

Résultats du Classic Men

1-Kim Sung Jin (kor)
2-Tiziano Ferrari (ita) , premier européen
3-Jon Larrucea (spa) , deuxième européen
4-Martin Sloboda (ger) , troisième européen
5-Andrey Shitov (rus)
6-Yu Jin Seong (kor)
7-Antoine Colange (fra)
8-Sawangsri Kanchanok (tha)
9-Lee Choog Goon (kor)
10-Ulivieri Luca (ita)
11-Alexandre Claris (fra)
12-Tim Schraepen (bel)
13-JB Milleret (gbr)
14-Romain Lebois (fra)
15-Denis Islamov (rus)

Classic Freestyle Women

- Les 22 femmes à se présenter pour cette épreuve ont enchaîné directement après les hommes. Le casting est tout aussi éclectique que chez les hommes : huit italiennes, quatre françaises, trois russes, deux ukrainiennes, et des représentantes d'Allemagne, de Thaïlande, de Belgique, de Pologne, et des USA.
- Il y a moins de surprises quant au classement final par rapport au World Ranking que chez les hommes : neuf des dix premières sont dans le Top-10. Seule l'italienne Cristina Rotunno (ita, #177) arrive à se glisser à la 8e place, dans le club des 10. Elle est la deuxième italienne du classement, derrière Barbara Bossi (ita, #5) qui termine 5e, et devant Chiara Lualdi (ita, #9) et Sara Barlocco (ita, #124) respectivement 10e et 12e.
- Les six premières places sont attribuées aux six dernières concurrentes à passer... Autant dire que le classement provisoire a été quelque peu mouvementé sur la fin de la compétition. Pendant les deux-tiers de la compétition, Cristina Rotunno est en tête : même Chiara Lualdi (ita, #9) et Megan McIntosh (usa, #8) n'en viennent pas à bout. Elle finit par se faire détrôner par la jeune thaïlandaise Pichaya Pinyojarassang (tha, #10).
- C'est là que l'escalade pour la première place commence : à trois points près, Pichaya se fait passer devant par la concurrente qui suit, Anya Ziertmann (ger, #7), qui se fait elle-même largement dépasser (d'une quarantaine de points) par celle d'après, Marina Boyko (ukr, #6). Marina place la barre haute et Barbara Bossi, la concurrente suivante, n'arrive pas à la franchir : elle s'intercale entre elle et Anya.
- Il en reste encore trois à passer, les trois mieux classées de la compétition, qui vont toutes les trois réussir à passer cette fameuse barre : Angelika Babiy (rus, #4) tout d'abord, qui relance le challenge d'une bonne dizaine de points en plus avec un run parfait : perfect de plots, perfect de tricks. Elle s'empare de la première place provisoire et parvient à la conserver même après le passage de la No.2, Polina Semenova (rus, #2). Elle se fait néanmoins dépasser par la dernière concurrente, Chloé Seyrès (fra, #1), qui remporte la première place au classement final de cette épreuve de Classic, conservant ainsi son titre de la PSWC 2009.
- Notons qu'aux quatre premières places, nous retrouvons le même quatuor que pour la finale de Battle qui se déroulera le lendemain.

Résultats du Classic Women

1-Chloé Seyrès (fra)
2-Angelika Babiy (rus)
3-Polina Semenova (rus)
4-Marina Boyko (ukr)
5-Barbara Bossi (ita)
6-Anya Ziertmann (ger)
7-Pichaya Pinyojarassang (tha)
8-Cristina Rotunno (ita)
9-Megan McIntosh (usa)
10- Chiara Lualdi (ita)

Slide Contest - vendredi 28 mai

- Les slides se sont déroulés le vendredi soir après l'épreuve de Classic. Sous les feux des projecteurs à la nuit tombée, devant la randonnée du vendredi soir tout entière qui faisait sa pause au Trocadéro spécialement pour l'occasion, les sliders ont assuré le show.
- Le contest était mixte, les candidats étaient 25 , dont 3 filles, répartis en six groupes pour le premier round de qualifications.
- Seuls les deux premiers de chaque groupe sont autorisés à continuer en demi-finale : deux groupes de 5. Dans le premier groupe, les deux français Jean Teissier et Hervé Guillou ont raison de Martin Sloboda (ger), Kim Sung Jin (kor) et Pierre-Alix Colbrant (bel) qui termine à deux doigts roues du deuxième. Dans le deuxième groupe, nous retrouvons le Champion du Monde en titre Kirill 'ReKiL' Ryazantsev (rus) qui se qualifie sans encombres suivi de Boris 'Poulain' Rosbroj (fra) (le protagoniste de Summerslide) ex-aequo avec Axel Viscard (fra). Andrey Shitov (rus) et Julian Buchrieser (aut) restent sur le carreau bitume.
- La finale réunit donc les 5 sliders qualifiés. C'est Kirill 'ReKiL' Ryazantsev qui remporte encore une fois le contest, conservant son titre de la PSWC 2009, et confirmant sa suprématie mondiale , un titre de No.1, ça s'entretient !
- PS : désolée pour la pauvreté des informations quant au Slide-Contest, c'est toujours pas devenu ma spécialité, et je préfère toujours rester succincte plutôt que de faire un dérapage incontrôlé en racontant des énormités.

Résultats du Slide Contest :

1-Kirill 'ReKiL' Ryazantsev (rus)
2-Jean Teissier (fra)
3-Boris Rozbroj (fra)
4-Hervé Guillou (fra)
5-Axel Rider (fra)

Speed Slalom - samedi 29 mai

La petite originalité de l'année dernière a été reconduite cette année : les tremplins de départ sont de retour, améliorés pour cette édition : plus imposants, plus stables, plus étudiés (jusqu'au grip antidérapant sur le plateau de départ). Ils apportent une autre visibilité à la discipline, mettant les concurrents plus en valeur.

Speed Slalom Women

Qualifications

- Il n'y avait que 8 places en KO System pour 33 femmes inscrites. La petite majorité était française (14) ; une bonne poignée d'italiennes a fait le déplacement (7) ; les autres venaient de Russie, d'Ukraine, d'Allemagne, de Pologne, des Pays-Bas, de Belgique et même de Thaïlande.
- Les qualifications en laissent plus d'une sur le carreau, dont Chiara Lualdi (ita, #3) gagnante de la PSWC 2009, qui termine 11e des qualifications avec un premier temps un peu faible et un strike. Les qualifiées, dans l'ordre, sont : Barbara Bossi (ita, #2), Cristina Rotunno (ita, #99), Clémence Guicheteau (fra, #NC), Sara Barlocco (ita, #73), Barbara Codazzi (ita, #20), Chloé Seyrès (fra, #1), Kristina Lysenko (rus, #4), et Tiffany Derisbourg (fra, #NC).

KO Systems

- Les quarts de finale sont vite expédiés par les favorites (i.e. les 4 premières qualifiées) à raison de deux manches par groupe.
- La première demi-finale était facile pour Barbara Bossi : à croire que le spoiler de sa concurrente Sara Barlocco a attendu précisément la première manche pour lâcher. Et le scotch, ça rafistole, mais ça fait pas des miracles : le bricolage de fortune ne tient pas sur la deuxième manche.
- La deuxième demi-finale, entre l'italienne Cristina Rotunno et la française Clémence Guicheteau est plus sportive. L'italienne a l'avantage sur la première manche ; elle reste devant en temps pur sur la deuxième manche, mais ses trois pénalités la relèguent derrière la française, qui égalise ; sous le coup de la pression, elle strike sur la troisième manche, offrant alors la qualification pour la finale à Clémence Guicheteau.
- La finale de consolation oppose Sara Barlocco à Cristina Rotunno. Cette dernière plie le round en deux manches, avec une demi-seconde d'avance sur Sara, pénalisée par son spoiler.

Finale

- La finale, réunissant Barbara Bossi et Clémence Guicheteau, offre un joli spectacle en trois manches. Barbara Bossi donne la première manche à Clémence Guicheteau avec un joli strike. Plus rapide, elle égalise sur la deuxième manche. Elle a aussi une bonne avance sur la troisième manche, mais ses quatre pénalités sont fatales face à Clémence Guicheteau qui roule cette manche en perfect.
- C'est donc la française, non-classée au World Ranking WSSA mais habituée des compétitions nationales, qui truste la première place et remporte ainsi le titre de championne d'Europe, remporté l'année dernière par la russe Katya Surmach.

Résultats du Speed Slalom Women

1-Clémence Guicheteau (fra)
2-Barbara Bossi (ita)
3-Cristina Rotunno (ita)
4-Sara Barlocco (ita)

Qualifications

- Tout comme chez les femmes, le pourcentage de qualifiés est faible, très faible : seulement 16 des 62 participants auront le droit d'accéder aux KO Systems.
- Tout comme chez les femmes, beaucoup restent sur le carreau... dont quelques chevaux sur lesquels ont aurait pourtant parié : Simone Nai Oleari (ita, #5) (vainqueur notamment de Battle SPB 2010) qui finit 20e avec des temps pas extraordinaires couplés à des pénalités ; et Diego De Araujo (bra, #122), vainqueur de la B.Battle à Bologne quinze jours avant pour son ComeBack après quelques années d'absence sur le circuit.

KO Systems

- En huitièmes de finale, JB Milleret (gbr, #3), Davide Piacentini (ita, #7), Kim Sung Jin (kor, #4), Yohan Fort (fra, #196), Romain Lebois (fra, #33), et Savio Brivio (ita, #61) éliminent leurs adversaires proprement en deux manches , respectivement Thomas Cebe (fra, #NC), Robin Tessier (fra, #351), Andrea Bellotto (ita, #95), Cédric Diguère (fra, #181), Alexandre Claris (fra, #40) et Luca Ulivieri (ita, #18). Le combat est plus rude entre Tiziano Ferrari (ita, #1) le champion d'Europe 2009 et vainqueur de la PSWC 2009, et Loïc Pasquier (fra, #NC) : les temps sont équivalents, mais Tiziano Ferrari, plus propre, remporte le round ; Entre Marc Frémond (fra, #239) Kirill 'ReKiL' Ryazantsev (rus, #6) l'affaire n'est pas de tout repos : là aussi les deux riders tournent en temps équivalents... ReKiL finit par craquer et striker sur la troisième manche et laisse Marc Fremond passer en quarts.
- Marc Frémond continue son chemin pendant les quarts de finales et élimine l'italien Davide Piacentini en deux manches, tout comme Tiziano Ferrari et Yohan Fort éliminent JB Milleret et Kim Sung Jin. Le dernier quart est moins évident pour Savio Brivio, qui finit par remporter le round après trois manches contre un Romain Lebois tenace , malgré une blessure pas complètement remise.
- En demi-finale, Tiziano Ferrari ne fait qu'une bouchée de Marc Frémond , plus rapide, plus propre. La deuxième demi-finale tient tout le monde en haleine , elle a des airs de finale : Savio Brivio tourne entre 5.00 et 5.10, Yohan Fort dans les 5.2 ; Yohan passe à côté de son premier run, Savio prend l'avantage ; il égalise sur la deuxième manche grâce à Savio qui fait deux pénalités ; et il remporte finalement le round face à Savio qui strike sur la troisième manche. - La finale de consolation est remportée par Savio Brivio, qui malgré un joli strike sur la première manche, se ressaisi sur les deux suivantes.

La Finale

- La finale promet d'être belle : Tiziano Ferrari (No.1 WSSA mondial actuel, Champion d'Europe et vainqueur de la dernière édition de la PSWC) contre Yohann Fort, recordman habitué des premières places, entre autres de la première place de la PSWC (2007, 2008).
- Une finale propre, avec seulement une bavure... qui coûte très cher à Tiziano Ferrari : pendant la première manche, Yohan Fort avait fait une petite pointe en 5.19 qui avait laissé Tiziano Ferrari derrière avec son 5.38 ; en toute logique, ce dernier accélère un coup pendant la deuxième manche, atteint les 5.23 alors que Yohan ralentit en 5.38... mais fait tomber un plot, le plot fatal qui lui fait perdre la manche, le round, la première place, et le titre de champion d'Europe (ça fait cher le plot !). Tout ça, bien entendu, au bénéfice de Yohan Fort qui de son côté remporte la manche, le round, la première place, et le titre de champion d'Europe.

Résultats du Speed Slalom Hommes

1-Yohan Fort (fra)
2-Tiziano Ferrari (ita)
3-Savio Brivio (ita)
4-Marc Frémond (fra)
La suite du résumé du PSWC arrive bientôt : Part.2 : Les Battles

Liens utiles

Site des World Slalom Series
Site de la WSSA, World Slalom Skaters Association
Site de Planet Roller
Site du CDRS75, Comité Départemental de Roller-Skating de Paris
Résultats complets de la compétitionTexte : Close Yr E's
Photos : Jean-Sébastien Dennebouy
Alfathor, Laurent Meliot
Mis en ligne  le 08 June 2010 - Lu 4162 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB