-
Le 25 March 2010 à 00:00 | mise à jour le 29 March 2010 à 18:48

Paris-Marseille : 850 km "à la dure" (Part 2/2)

Paris-Marseille : 850 km

Plus qu'un raid, c'est l'Aventure qu'a choisi David pour rejoindre Marseille depuis Paris. Seul et autonome, refusant le confort et la technologie, il réussit une performance sportive, humaine, authentique et pure. Des conditions simples qui semblent insensées dans notre société moderne. Rencontre avec un aventurier pur et dur...

Mis en ligne par 

Vous trouverez la première partie de cette interview en cliquant ici

12. Ce raid a du te réserver pas mal de surprises !

Oui j'ai eu énormément de bonnes et de mauvaises surprises, en parler dans cette interview serait trop court ! Pour être bref, j'ai été agréablement surpris par tous ces gens que j'ai croisés, en roulant ou non, et qui m'ont tous encouragé en criant, klaxonnant ! C'était tellement une grande source de force ! Surpris également par la gentillesse de tous ces gens qui n'hésitaient pas à me proposer à manger, à boire.
J'ai eu aussi quelques mauvaises surprises, comme par deux fois, échapper de peu à des gens malintentionnés qui voulaient me "dépouiller", ou devoir dormir caché de bandes de "voyous". Mauvaise surprise aussi que de me faire tremper le matin par les arrosages automatiques municipaux...
Finalement dans l'ensemble, ça a été un peu comme je l'imaginais, mais en vrai, en tellement plus riche !

13. Quel était ton rythme ?

J'ai mal géré les premiers jours d'effort, je suis allé trop loin, trop vite. J'ai alors découvert le "blues" du solitaire, la "déprime" post-effort du sportif... la tentation de l'abandon. Mais aussi le "petage de plomb" devant une route en mauvais état, et la "jouissance" d'un bon bitume lisse arrivant comme un bout de pain à celui qui meurt de faim ! J'ai appris mon rythme idéal (15 km/h environ sur 10/12 h avec des pauses toutes les heures).

En 3 jours, 48h sur mes patins...

14. Tu dis être allé trop vite, avoir mal géré ?

Pour te donner une idée, le premier jour, j'avais tellement envie d'aller loin, que j'ai roulé jusqu'à 22h pour faire 125km. Mais vers 03h, obsédé par mon objectif, j'ai repris la route jusqu'à 8h, pour finalement atteindre les 185km au compteur.
Le lendemain j'ai roulé pendant presque 14h, de midi à 02h, pour 110km le long de la Loire.
Le troisième jour, j'ai poussé jusqu'à patiner pendant 17h pour 115km parcourus. C'était aux abords de Macon, et ce fut l'étape la plus dure, longue et très en reliefs. Là encore j'ai dormi dans un abri bus. Je n'en pouvais plus.
En 3 jours j'avais passé prés de 48h sur mes patins, et parcourus 410 km !

15. Et tu as trouvé la force de repartir après ca ?!

Oui, mais ensuite j'ai sérieusement baissé en régime car je sentais bien que j'avais trop poussé...
Le quatrième jour, j'ai tout de même fais 15h de route pour 100km, mais j'étais plus serein.
A partir de là, la chaleur était de plus en plus dure à supporter. J'ai multiplié les pauses, les pieds dans l'eau. J'ai enchainé 4 étapes de 80km, en passant de 10 à 14h sur la route. J'étais désormais sûr de réussir mon pari. La route était plus agréable, parce que je prenais vraiment le temps de m'arrêter. J'allais à la piscine, au resto... !
Le huitième jour, veille de l'arrivée, j'ai dormi à l'aéroport de Marignane. J'aurais pu arriver à Marseille, mais je ne voulais pas le faire de nuit (pour ma soeur et une journaliste).
Pour la dernière et courte étape, je me suis fais plaisir en roulant sur l'autoroute, un drapeau de l'OM en guise de cape !

Tout au long du raid, je n'avais pas arrêté de me dire que c'était plus dur que je l'imaginais, mais une fois arrivé, je n'avais qu'une seule envie, celle de continuer !

16. Tu as quand même passé énormément de temps sur la route !

Oui j'ai roulé énormément chaque jour. Pas vite c'est vrai (15km/h en moyenne) mais longtemps, du matin au soir tard. L'été, le soleil qui se couche tard aide aussi pour rester motivé à rouler jusqu'au couché au moins... après c'est la fraicheur de la température nocturne qui aide...
Je ne pensais pas que je roulerai autant avant de partir, mais je m'étais fixé entre 70 et 100 km par jour ! J'ai vite compris qu'il me fallait rouler jusqu'à tard pour tenir l'objectif !

17. Quel bilan tires-tu de cette aventure ?

Le bilan que je tire est que je n'ai plus envie de m'arrêter de découvrir, que je suis vraiment un aventurier dans l'âme. J'ai envie de découvrir le monde entier, et de me découvrir à travers le monde ! Pas en avion ou en groupe, pas en touriste classique ou en déplacements professionnels, non... en aventurier ! Je n'ai jamais senti mon cœur battre aussi vrai que durant ce raid plein de rebondissements et d'émotions !
Cela a été une vraie révolution dans ma vie ! Comme si j'avais survécu à un accident grave et que je découvrais un nouveau sens à la vie... à commencer par la mienne !
Je me suis rendu compte peu à peu, que je me découvrais comme je ne m'étais jamais vu, que je ressentais des choses simples comme je ne les avais jamais ressenties, que la plus grande découverte de ce raid n'était pas extérieure (même si j'ai découvert beaucoup de villes, de paysages, de gens etc.) mais intérieure. J'ai vraiment l'impression d'avoir plus grandi en 9 jours de raid solitaire, qu'en 27 ans de vie en société... [un silence]... comment expliquer dans une interview ce que l'on ne peut expliquer avec des mots ?

18. As-tu d'autres projets en rollers ?

Oui, cette envie de découvrir a fait naitre plein de projets. Je sens ma passion sans limite et j'ai envie d'inciter tous les passionnés à aller au bout de leur passion, de la vivre en se découvrant aussi ! Le seul hic, c'est que mon porte-monnaie, lui, a des limites (rire), alors je m'organise sur du long terme pour me donner les moyens d'y parvenir, parce que je suis passionné de Roller, mais aussi, parce que je suis passionné par ce type d'aventure ! J'avais, juste après ce raid, comme projet de personnaliser ma passion, c'est chose faite avec mon association "Globe Rollers". Maintenant la prochaine étape sera d'aller plus loin qu'un Paris-Marseille...j'ai déjà plein de projets pour cela, mais si tu me le permets, je ne dévoilerai pas tout maintenant ! J'ai trouvé ça frustrant d'arriver au point défini et de revenir en TGV, peut-être que la prochaine fois, en plus d'aller plus loin, je reviendrai sur mes rollers et non pas en train ! (sourire) en tout cas ce sera avec un grand plaisir que je reviendrai te donner des nouvelles de mes aventures...


Roller - Rollers - Raid Rollers
envoyé par flowsl. - Découvrez les dernières vidéos de sport.

*Liens utiles

Lille-Marseille en roller (1994)
Lille-Marseille en roller (2005)
Marseille-Paris en roller (2005)
GlobeRollers, site officiel du raid

Texte : 8wd / David Nguyen
Photos : GlobeRollers
Mis en ligne  le 25 March 2010 - Lu 2795 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB