-
Le 28 December 2009 à 00:00 | mise à jour le 29 January 2012 à 18:06

Test : Powerslide Metro 2010

Test : Powerslide Metro 2010

L'année 2010 est propice à l'arrivée de nouveaux produits sur le marché du Roller. Powerslide ne fait pas exception à la règle en proposant un patin de freeride inédit : le Metro, un modèle à seulement 150 Euros, histoire de venir faire concurrence aux Twisters et autres Seba FR2 ou FRX. Le Metro tient-il vraiment la comparaison ?

Mis en ligne par 

Zoom

Test Powerslide Metro 2010 Le marché du freeride est paradoxalement encombré pour un marché de niche, on y trouve les excellents Seba FR, le Twister de Rollerblade, les K2 Fatty Paris (Frontman), les ASP 100 de Roces, et d'autres encore. Powerslide a décidé de taper un grand coup en proposant un modèle d'entrée de gamme disponible sur le marché à seulement 150 Euros.

Design

De prime abord le Metro a des airs familiers avec d'autres modèles du marché : on dirait une boot de Twister surmontée d'un spoiler Seba, mais il n'en est rien.
La boot noire épurée ne présente pas de fioriture, juste un petit "Powerslide FSK" au talon juste au dessus du choc absorbeur, rien de plus. Sur le spoiler rouge, qui donne à l'ensemble un look très sympa, apparaît seulement le logo du patins (Metro).
La platine quant à elle, nous rappelle le modèle du célèbre K2 Fatty Paris, avec, là encore, la touche Powerslide : un logo FSK et un rappel du logo du patin.
Simple et efficace, le style du Metro correspond bien à l'usage freeride.

Solidité et rigidité

Côté solidité, le Metro est un tank ! On peut affirmer sans problème que c'est un des gros points positifs de ce patin. Apparement Powerslide a voulu faire un patin pour les freeriders agressifs (les "bourrins" pour résumer), pas pour des randonneurs du dimanche.
La boot et le spoiler sont assez épais. Ils sont réalisés dans une matière plastique très dure, cela n'enlève cependant rien à sa légèreté, et de ce fait le patins est vraiment très réactif. Attention, cette rigidité rebutera peut-être certain d'entre vous car malheureusement lorsque l'on roule on ressent beaucoup les aspérités de la route comparé à d'autres patins. Nous avons d'ailleurs rajouté une semelle amortissante pour plus de confort.

Test Powerslide Metro 2010

Confort

Powerslide a opté pour un chausson Sifika qui a déjà largement fait ses preuves. On est vraiment bien dedans, aucune gène... mais cela dit, il faudra quand même une certain temps pour qu'il se fasse à votre pied (ou que votre pied se fasse au chausson !) avant de vraiment apprécier la glisse. Rappelons ici que la boot est vraiment rigide et que le chausson Sifika ne suffit pas à compenser cet avantage/inconvénient.
Le look et la présence du shock-absorbeur nous rappellent étrangement le twister. Il est vraiment très appréciable, même si un plus gros modèle aurait été le bienvenue : même avec ce dernier, on sent vraiment les aspérités de la route, graviers et autre pavés qui jalonnent le parcours d'un freerider.Test Powerslide Metro 2010

Serrage et maintien

Le serrage du Metro repose sur un système très classique : un lacet surmonté de deux boucles micrométriques au coup de pied et sur le haut du spoiler. Classique, mais c'est là que réside toute son efficacité.
Si on le désire, le laçage peut monter jusqu'en haut du patin via les attaches intérieures du chausson Sifika.
Les boucles de serrage maintiennent bien le talon au fond du chausson. On apprécie le fait que Powerslide ait mis un système de blocage pour qu'elles ne souvent pas en cas de choc. Il faut appuyer sur un bouton pour les ouvrir.
L'ensemble du serrage et la rigidité du spoiler offrent très peu de liberté de flexion latérale, et au contraire une bonne flexion arrière/avant. On a donc un bon maintien général du pied et de la cheville.

La platine

La platine elle aussi parait solide, elle reprend les grande ligne des platines de freeride bien connues. Ainsi elle repose sur des valeurs sûres. Elle est faite en aluminium (donc plutôt légère). Elle offre un entraxe de 165 mm (classique) on peut y adapter des roues de 80 mm maximum.
On appréciera les trous oblongs pour placer au mieux la platine en fonction de la morphologie. De plus, la boot offre des possibilités de réglages qui permettent de caser une platine d'entraxe de 195 !

Les roulements

Nous sommes en présence de Powerslide ABEC 7. Ils offrent un roulage correct sans être extraordinaires. Certains ont perdu leur circlips et les flasques ont donc bougé.

Les roues

Powerslide propose des roues en 80 mm pour 84A de dureté. On profite vraiment d'un bon grip... mais le roulage est moyen. Le noyau a des airs des vieux modèles Hyper. La gomme blanche, en revanche, a une usure très irrégulière. Après quelques freinages et changements de direction secs en usage urbain, la surface s'est dégradée rapidement, des trous sont apparus à la surface. Côté test de rebond, ce modèle est très moyen...

La visserie

Nous sommes en présence d'une visserie en torx, assez inhabituel sur un patin de freeride, mais fréquente chez Powerslide. On en trouve en effet sur tous les modèles de vitesse. L'avantage : la prise au serrage est bien plus importante qu'avec du 6 pans.
Le gros inconvénient de la visserie du Metro, c'est son tempérament capricieux. Les demoiselles se font la belle ! On a changé 2 fois certaines vis après les avoir perdues et resserrées toutes les 5 minutes. Ne négligez pas de mettre du frein filet pour éviter ce désagrément.

Finition

La fabrication du patin est propre. On ne trouve pas de résidus de plastique ou de colle.
On apprécie l'insert en aluminium sous la boot qui facilite les réglages de platine et accentue la rigidité (façon Seba, il faut le dire quand même). On aime également le système limitant l'ouverture des boucles micrométriques.
On trouve aussi une rondelle entre la platine et la vis, ça réduit l'usure de la platine aux points de fixation.
On bénéficie d'une finition tout à fait satisfaisante pour le prix.

Conclusion

A l'usage, le METRO s'avère être un bon patin de freeride : sa rigidité, sa solidité et son maintien sont des atouts incontestables. Ils lui confèrent une réactivité que très peu de patins de freeride possèdent.
Cependant, ses forces peuvent être aussi ses faiblesses : on sent vraiment les aspérités de la route et le manque de confort. Du coup cela pourrait décourager les moins téméraires. On déplorera aussi le fait que le serrage visserie ne soit pas à la hauteur. Il faut resserrer les vis du spoiler (surtout) et de la platine assez souvent.
A 149 Euros, Powerslide propose donc un patin concurrentiel mais perfectible au niveau du confort, des roues et de la visserie. 

Test Powerslide Metro 2010

Caractéristiques techniques

Coque : Rigide composite avec montage X-slot
Chausson : Mousse Sifika anatomique en mesh
Type serrage : Boucles micrométriques, lacets
Pointures : 38 au 46
Platine / châssis : Aluminium UFS - Metro FSK 4x80 mm de 243 mm
Diamètre maximum : 80 mm
Roues : Powerslide Freestyle 80 mm 84A
Roulements : Powerslide ABEC 7
Entretoises : Aluminium
Prix : 149 Euros

Les points forts et à les points à améliorer

Les plus

+ La rigidité de coque et de platine
+ La solidité générale
+ Un bon rapport qualité/prix
+ La possibilité d'adapter une platine d'entraxe 195 mm


Les moins

- la rigidité de la coque (non, ce n'est pas une erreur)
- une visserie trop capricieuse (ça se dévisse ! )
- l'usure irrégulière et rapide des roues
- le manque de confort

Notes

Souplesse08/10
Maintien09/10
Serrage07/10
Confort06/10
Châssis / Platine09/10
Roulements08/10
Roues05/10
Axes et visserie05/10
Finition07/10
Rapport qualité/prix 07/10
 

NOTE FINALE :

71%

Galerie photos

Test Powerslide Metro 2010 Test Powerslide Metro 2010 Test Powerslide Metro 2010 Test Powerslide Metro 2010

Liens utiles

Test : Rollerblade Fusion X5 (2010)
Test : Roller freeride K2 Il Capo (2010)
Test du patin freeride Seba FR1 (2008)
Test du patin freeride Seba FR1 (2006)
Test du K2 Fatty Paris (2006)
Test du Tecnica Freeride (2001)
Site de Powerslide

Texte : Delvar et Alfathor
Photos : Alfathor
Mis en ligne  le 28 December 2009 - Lu 20505 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB