-
Le 19 April 2009 à 00:00 | mise à jour le 20 April 2009 à 08:06

Interview de Pierre Künnemann

Interview de Pierre Künnemann

Peut-être que son nom ne vous dit rien, mais sûrement que « The Apache 2.1 » vous rappellera quelque chose. Le freestyler stylé des « Secret Talents » Youtube 2008, c'est lui : Pierre Künnemann. Il fait partie de ceux qui prônent le style pour le style: l'harmonie visuelle et la sensation de liberté avant tout. Interview...

Article par 

Description du Rider

Pierre est également compétiteur, et là encore il s'en sort bien, avec une place de 24e mondial WSSA au dernier classement de décembre 2008.

Nom : Künnemann, Pierre
Date de naissance : 5 novembre 1977
Nationalité : Allemande
Job : à mon compte (tapisserie)

Définition personnelle du Freestyle?

Le slalom freestyle, c'est ma passion. Pour moi c'est le meilleur moyen pour décompresser. Rouler, ça relaxe, et je peux m'exprimer librement.
Je ne crois pas que le freestyle c'est faire un trick après l'autre. Maîtriser tous les types de figures, ce n'est pas ça l'important pour moi.. Je préfère le style, l'élégance. Mon but, c'est de trouver la meilleure combinaison entre mon corps en mouvement et mes rollers.
La question est : comment contrôler mes patins avec un mouvement parfait ?

La Genèse : Comment en es-tu arrivé au freestyle ?

Je ne me souviens plus exactement. Je crois que j'ai commencé à faire du freestyle slalom en 2002 avec mes premiers patins K2.
Pendant un an, j'ai roulé seul. J'ai d'abord appris à m'arrêter en T et ensuite à rouler tout bêtement en arrière. Qu'est-ce que j'ai été fier quand j'y suis arrivé ! Ensuite j'ai rencontré les premiers riders de Cologne ce qui m'a permis de ne plus rouler tout seul – depuis 1980 il y a des spots de slalomeurs freestyle à Roncalliplatz et à Domplatte : Cologne, c'est le berceau du quad en Allemagne. J'étais fasciné par les tricks qu'ils faisaient : le fish, le croisé arrière, le un pied... ces gars étaient doués !

Tes premiers pas en freestyle ?

Les autres riders m'ont aidé pour apprendre les bases. Comme on était nombreux, j'ai pu apprendre différents tricks et voir différents styles. Et franchement, jamais j'oublierai cet instant – le même trick sur 20 plots d'affilée, sans en rater un seul ni en faire tomber !
A cette époque, on faisait un trick sur 20 plots. Et avec le recul, je pense que c'est la meilleure technique pour apprendre à slalomer. Aujourd'hui n'importe quel débutant arrive facilement à apprendre le Crazy, mais ils ne savent pas faire un pied avant sur 20 plots, ce qui montre que le véritable esprit du slalom, avec le style et la fluidité, a été perdu.
En 2004, j'ai rencontré Gabriel (de Paris) qui était en vacances à Cologne. Il m'a marqué parce que c'était le premier gars que je rencontrais qui arrivait à passer d'avant en arrière sur une ligne de 20 plots ! C'était impressionnant ! On a roulé deux jours ensemble sur Cologne et hélas je ne l'ai jamais revu.
Mais il m'avait filé des adresses de sites de roller. Et en allant sur Internet, je me suis soudain rendu compte qu'il y avait énormément de gens qui faisaient les mêmes trucs de fou sur les patins sauter, se balader, slalomer, streeter... et bien sûr, une vidéo qui m'a marqué à vie : Fannystyle de Fanny Violeau – c'est là, le commencement du vrai freestyle pour moi.
Plus tard je suis tombé sur le forum allemand de roller Skateclub. Là j'ai appris pas mal de trucs de fond et quelques connaissances pratiques comme comment se faire son propre custom, comment se mettre en banane, comment réduire une platine normale – et aussi, très important – ça m'a permis de regarder d'autres vidéos de roller et de chatter avec d'autres riders. On était à peu près 2.000 membres. C'était le plus gros forum à l'époque, et sans ces opportunités là, peut-être que je ferais du ping-pong ou je ne sais quoi aujourd'hui !

Influences : T'es-tu entraîné seul, avec d'autres ?

Premièrement, je déteste rouler tout seul ! Je préfère être entouré de potes, pour parler, rigoler, ou pour avoir un jugement extérieur sur le style, les tricks, et la fluidité. On s'entraide en se donnant des conseils. Et puis j'ai besoin de rouler avec de la musique : en général j'écoute du Missy Elliott, RJD2, et Moby.

Quelle importance ont joué les médias dans ton apprentissage ?

Je pense qu'Internet permet au riders du monde entier de rester en contact et d'organiser des événements : et les vidéos son très utiles aussi pour développer des nouvelles idées et pour populariser le freestyle. Mais je n'aime pas copier : chacun devrait avoir son propre style. Et ce n'est pas compliqué de créer ses propres tricks si on s'entraîne régulièrement.

Une petite chronologie des moments-clé ?

2006
En Février 2006 j'ai fait ma première petite vidéo « The Apache » en mauvaise qualité, mais les gens ont aimé, et plus tard même des riders de Paris connaissaient la référence.
Pour la première fois, j'ai rencontré des bons riders à Notre-Dame. On roulait là bas avec JB Milleret et il y avait une foule de gens qui nous donnait des sous pour notre performance (merci pour ces moments sympas, mon ami) c'était énorme !
Au PSWC j'ai rencontré Sébastien Laffargue et Igor Cheremetieff pour la première fois.
En Décembre 2006 j'ai fait ma première compétition au Freestyle Slalom Festival de Brème. C'était un gros événement – organisé par un très bon ami à moi. Et j'ai fini premier en style.
2007
En 2007 j'ai fait quelques démos en Allemagne.
Et l'été j'ai participé au PSWC pour la première fois et j'ai passé de très bon moments (en fait maintenant, j'aime pas trop le style que j'avais à l'époque). J'ai rencontré Xuan Le pour la première fois – j'avais jamais vu un aussi bon style jusque là !
C'est aussi en 2007 que j'ai fait la vidéo « The Apache 2 » et peu après la version 2.1.
En décembre, Seba m'a proposé de faire partie du Team Seba – ce qui signifie énormément pour moi !2008 2008, c'était la meilleure année !
En janvier j'ai terminé deuxième au Secret Talents de Youtube grâce à ma vidéo « The Apache 2.1 ».
J'ai voyagé dans le monde entier avec le Seba Team, par exemple à Moscou – où j'ai atteint les demi-finales et rencontré KSJ. J'ai passé des moments supers avec Naomi de Londres, Yuri de Russie et – bien sûr – Rudy d'Allemagne.
Au PSWC, j'étais juge – c'est un boulot très dur qui demande énormément de responsabilités.
Plus tard je suis allé à Rome, et j'ai même raté mon avion de retour pour Cologne.
Un autre super expérience en 2008, ça a été mon trip aux USA avec Xuan Le. On est d'abord allé à New York City, puis à Seattle pour Battle US. Pour la première fois de ma vie j'ai gagné un prix et j'étais (je suis) trop fier ! On a aussi donné des cours de freestyle et rencontré plein de bons amis.
Et en décembre, je suis parti faire une démo sur scène en Israël pour un événement Google.

Quand, comment, pourquoi ?

Je me dis que j'ai permis à notre discipline d'être un peu plus connue en Allemagne et j'en suis très fier. Mes vidéos sont des vidéos à 'petit budget', mais je crois que les gens peuvent ressentir l'esprit du freestyle dans mes vidéos.
« The Apache 2 » a été filmée et montée par un caméraman professionnel – mais je trouve qu'au final c'est trop technique. Plus tard j'ai changé de patins pour des Seba FR et d'un coup mon style a complètement changé.
J'ai donc eu besoin d'une nouvelle vidéo – mais j'avais juste des vieux rushes. Bref, et alors que je cherchais une musique cool je suis tombée sur une vidéo de snow (POP) qui m'a pas mal inspiré. Peu après, un ami m'a donné des bouts de rushes de reportage sur le freestyle et j'ai monté « The Apache 2.1 ». J'ai choisi 2.1 parce que c'est juste un mix de vieilles vidéos. Les gens qui ont vu ma vidéo m'ont dit qu'elle mettait de bonne humeur – ou alors la réaction était « c'est pas possible, t'as pas de genoux ». (il y a des gens un peu bêtes des fois).
Quand j'ai entendu parler d'un concours sur Youtube je me suis dit que c'était une bonne opportunité pour faire connaître un peu plus notre discipline. J'ai participé en me disant que j'avais mes chances de faire une place correcte.
Quelques semaines plus tard, Youtube m'a fait savoir que j'étais dans le Top 25 et j'ai été invité à Berlin. J'ai amené Rudy avec moi pour passer deux jours sympas à la capitale. Et j'ai fini 2ème !
Aujourd'hui plus de 250.000 personnes ont vu cette vidéo. Je me dis que ça a fait une super pub pour le freestyle.

Comment as-tu géré le succès ?

Il y a toujours pas mal de gens qui m'envoient des mails, et qui me posent des tas de questions – des quatre coins du monde ! C'est pourquoi j'ai décidé de faire une vidéo sur ce jour vraiment spécial et sur le moment de la cérémonie des récompenses.
Cette année, j'ai été réinvité à Berlin par Youtube pour faire une démo de slalom sur scène. Je suis encore une fois extrêmement fier de représenter ma discipline et mon Team.

En compétition, tu ne participes qu'aux Battles, pourquoi ?

J'aime l'esprit de cette compétition. C'est pas un ‘combat' entre riders, mais plutôt une opportunité de s'amuser entre potes et de passer un peu de temps ensemble.
De plus, je trouve que le format du Battle est plus intéressant pour le public. J'aime le fait qu'il y ait un DJ pour mixer et changer la musique, et les encouragements d'un MC.
Et puis, pour moi le mode Battle, ça c'est du vrai freestyle : On doit observer les runs des autres riders de son groupe et on peut répondre du tac au tac dans notre manière de patiner.
Et aussi je dois dire que j'ai énormément de respect pour les juges de Battle. Au PSWC 2008 j'étais juge et maintenant je sais... que c'est pas facile de juger un Battle !

Quelles opportunités t'offre le roller ?

Plein. Depuis décembre 2007 je voyage dans le monde entier, j'ai rencontré un paquet de riders internationaux ces deux dernières années. Et grâce à mes voyages à l'étranger, aujourd'hui je peux affirmer que la vie en Allemagne est vraiment bien. On a tendance à oublier ces choses-là.
Mais quand même la meilleure opportunité c'est le fait de m'être fait plein de très bons amis dans le monde... Et je ne veux rien rater de tout ça.

Tes sessions de slalom ?

En ce moment, j'aimerais vraiment avoir plus de temps pour m'entraîner et pour créer de nouveaux combos entre les tricks. Mais à cause de mon entreprise, je ne peux rouler que les week-ends quand c'est sec. Et malheureusement à Cologne on n'a pas de spot couvert. Du coup je ne roule pas très régulièrement l'hiver.
De temps en temps de vais rendre visite à des amis à Mönchengladbach ou à Wuppertal et je roule un peu – mais je ne peux pas dire que ça soit un entraînement très intensif.

Tes buts pour 2009 ?

J'espère que j'aurai assez de temps pour m'entraîner cet été. Je voudrais apprendre et développer de nouvelles figures (j'ai plein d'idées). Et aux prochains événements j'espère pouvoir placer quelques wheelings – je jure que je vais travailler très dur pour ça !

D'autres passions ?

Oui, j'adore faire du snow. On a un endroit couvert à Cologne où il y a de la neige 365 jours par an.
Et j'aime aussi prendre des photos sympas avec mon appareil.

Quelque chose à rajouter ? Remerciements ?

Mon rêve : un énorme événement de slalom sur le Trocadéro à Paris, avec plus de 200 riders de 20 pays différents. Un super festival !
D'abord, merci à Peter Sieradzki pour son super projet Skatedub.de : la culture allemande du slalom freestyle aurait été bien différente sans lui. Merci également à Xuan « white ice creme » Le pour avoir passé un paquet d'heures avec moi à Paris, Rome, NYC et Seattle. Et bien sûr sans oublier les membres du Seba Team, à savoir Ruuuuudy, Greg, Igor, Chloé, Olivier, Fanny, JB et Naomi (particulièrement pour avoir récupéré mon sac de rollers à Seattle). Et puis bien sûr les riders de Cologne Chris, Martin, Mark, Linda (pour la traduction en anglais) et tous les autres...
Un grand Bonjour au Team 4WheelFreestyle, particulièrement Thomas, Chilly, Michelle et Ulli – et je n'oublie pas Lidia « my misiu » Wardzinska et les riders polonais pour avoir passé 12 heures dans le bus de Varsovie à Hanovre (2 fois !). Les riders des USA Jeremy, Megan, Doug et particulièrement Nancy.

Et enfin, Sébastien pour m'avoir invité dans le Seba Team. Ça m'a fait énormément plaisir.

Liens utiles

Youtube secret talents publicitéTexte : Close Yr E's
Photos : Pierre Kunnemann, Christian Fessel
Mis en ligne  le 19 April 2009 - Lu 3368 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB