-
Le 01 April 2009 à 00:00 | mise à jour le 02 April 2009 à 21:50

Battle Saint-Petersburg - les hommes (Russie)

Battle Saint-Petersburg - les hommes (Russie)

Voici le second volet consacré au Battle de Saint-Petersburg (RU) qui s'est déroulé samedi 14 mars 2009. Après le déroulement de la manifestation féminine, Close Yr E's vous propose le récit de la compétition masculine...

Mis en ligne par 

14 Mars 2009

Les Rideurs

Les participants pour le battle hommes étaient 37. Comme chez les filles, la plupart étaient russes, mais il y avait aussi des ukrainiens, des biélorusses et des français. Il y avait aussi du beau monde, et force est d'avouer que le niveau général russe est assez intéressant.
Parmi les têtes de séries, étaient présents (dans l'ordre) Igor Cheremetieff (FRA, #1 WSSA), Xuan Le (FRA, #8), Mischa Gurevich (RUS, #10), Kirill 'ReKiL' Ryazantsev (RUS, #20), Yuriy 'Merlin' Alexeev (RUS, #26), Viktor 'Generator' Meleshkevich (RUS, #35) le champion russe actuel, Max Shvyrev (#41, RUS) qui avait fait le déplacement pour les Inline Games de Hanovre (GER) en août dernier, Viacheslav Sinyushko (#42, UKR) qui a débarqué aussi en août dernier à Battle Warsaw (POL), Dmitri 'Man' Milyokhin (#52, RUS), Andrei Shitov (#56, RUS), Denis 'Disa' Islamov (#67, RUS), Alex Shulhan (#94, BRS)...
Il y a d'abord eu un premier round avec douze groupes dans lesquels étaient dispatchés tous les riders. Seuls les deux premiers de chaque groupe ont pu accéder aux huitièmes de finales. Mis à part Alex Shulhan (BRS), tous les prometteurs se qualifient pour les quarts.

Quarts de Finales

Groupe 1 : Igor Cheremetieff (FRA), Viktor 'Generator' Meleshkevich (RUS), Roman Gordin (RUS), Kirill 'ReKiL' Ryasantsev (RUS).
Igor Cheremetieff se qualifie en première position, suivi de Viktor Meleshkevich. Les deux riders sont particulièrement axés sur les jeux de wheelings, et le surenchérissement était plutôt osé. ReKiL et Roman Gordin se font sortir, tout aussi axés wheelings mais ayant manqué de régularité. Roman Gordin, le petit dreadeux de 15 ans, est à surveiller dans l'avenir étant donné l'équilibre d'extra-terrestre qu'il a en wheeling...

Groupe 2 : Dmitry Shevarutin (RUS), Max Shvyrev (RUS), Dmitri 'Man' Milyolkhin (RUS), Denis 'Disa' Islamov (RUS).
Ce sont Dmitry Shevarutin et Max Shvyrev qui passent le round, sortant Man et Disa. Dmitri 'Man' Milyokhin a toujours son style d'une rapidité hors norme ; il a assis ses sevens, a pris du niveau en wheeling, mais reste faible en toupies coréennes. Denis Islamov a eu une progression fulgurante depuis l'année dernière ; il a un style à part parmi les hommes, car contrairement aux autres qui cherchent à (trop) repousser leurs limites - ce qui donne une impression générale souvent brouillon voire chaotique, lui reste posé et appliqué... et ça paye sur le rendu : des sevens (certes pas à mach-12 mais) propres, des retournés de wheeling, un joli aller en toe wheeling to retour (en toe wheeling aussi sans reposer). Néanmoins ça n'est pas suffisant pour lui permettre de passer ce tour.

Groupe 3 : Mischa Gurevich (RUS), Yury Alekseev (RUS), Maxim Igaev (RUS), Gerogiy Kresman (RUS).
Mischa Gurevich, le russe expatrié en Allemagne, sort sur ce tour - à cause d'une grosse erreur tactique: alors que ses adversaires tentaient tous des tricks techniques (sevens et autres retournés en particulier), M.Gurevich s'est cantonné à faire du freestyle ultra-rapide (sa spécialité, certes) sans prendre la peine de valider des tricks qui lui auraient assuré le passage. Il laisse ainsi la place libre à Maxim Igaev et Yury Alekseev, ce dernier assurant des tricks assis et wheelings - pas forcément très stylés ni esthétiques mais efficaces.

Groupe 4 : Viacheslav Sinyushko (UKR), Mikhail Dergachev (RUS), Andrei Shitov (RUS), Xuan Le (FRA).
Andrei Shitov et Xuan Le, une longueur d'avance sur leurs adversaire point de vue assurance de patinage, se qualifient pour les demi-finales. Andrei Shitov a lui aussi pris du niveau de manière spectaculaire depuis la saison dernière où il commençait juste à avoir un petit niveau technique...

Demi-Finales

Groupe 1 : Igor Cheremetieff (FRA), Dmitry Shevarutin (RUS), Yury Alexeev (RUS), Xuan Le (FRA).
Vidéo des demi-finales Groupe 1 - hommes sur le site de Rekil
Igor Cheremetieff fait quelques erreurs mais se rattrape suffisamment tôt pour assurer la première place de qualification. Il est suivi sans contestation de Dmitry Shevarutin qui a acquis une stabilité et une régularité en wheeling assez surprenante (cf. la régularité avec laquelle il passe le 50s en heel wheeling arrière, de même pour ses retournés) ; c'est également un des premiers à avoir maîtrisé le butterfly (déjà l'année dernière il le faisait en mode ultra-rapide sur le 50s - cette année, il l'enchaîne avec un toe wheeling arrière ! Xuan Le et Yury Alexeev ne fournissent pas assez d'éléments suffisamment technique pour faire le poids contre leurs deux adversaires.

Groupe 2 : Viktor Meleshkevich (RUS), Max Shvyrev (RUS), Maxim Igaev (RUS), Andrei Shitov (RUS).
Vidéo des demi-finales Groupe 2 - hommes sur le site de Rekil
Viktor Meleshkevich et Andrei Shitov, techniciens plus réguliers (et plus osés) sortent Max Shvyrev et Maxim Igaev.

Finale de Consolation

Vidéo de la finale de consolation - hommes sur le site de Rekil

Elle regroupe Xuan Le (FRA), Yury Alexeev (RUS), Max Shvyrev (RUS) et Maxim Igaev (RUS). Maxim Igaev prend la tête (5e au classement général), suivi de Xuan Le (6e), de Max Shvyrev (7e) et enfin de Yury Alexeev (8e).

Finale

Vidéo de la finale - hommes sur le site de Rekil Difficile de prédire le classement final... tous les finalistes sont extrêmement équilibrés et très réguliers dans leurs performances, et chacun a son style propre avec ses figures de prédilection. Néanmoins, ils ont aussi quelques rounds dans les patins et tous commencent à montrer des signes de fatigue : un retournement de situation peut arriver à n'importe quel moment. Les performances des quatre riders restants étaient finalement plus impressionnantes durant les rounds précédents (plus en forme et moins stressés). Mais la finale vaut quand-même le détour !

L'ordre de passage pour la finale est le suivant :

1) Igor Cheremetieff (FRA)
2) Andrei Shitov (RUS)
3) Viktor Meleshkevich (RUS)
4) Dmitry Shevarutin

Runs 1

Igor Cheremetieff attaque fort avec un disaster 180 to toe seven sur 6 plots sur le petit 80s et un retour en heel wheeling arrière sur 6 plots ; il part sur le grand 80s et là le taux de réussite chute d'un coup : à part deux grands low compas arrières, il ne tient pas son mario-slide to compas heel-toe, et rate par deux fois un special one foot.
Andrei Shitov commence avec une ligne de figures assises un peu fébrile sur le 120s (cafetière switch to normale to kasatchoks) ; puis il s'attaque aux 80s sur lesquels il passe un combo de toupies décroisées to toe chicken de trois tours (mais fait tomber le plot sur le 2e) - il tente lui aussi sans succès un toe special one foot.
Viktor Meleshkevich a quelques points communs avec Igor Cheremetieff (hormis un style tout en puissance) notamment dans la progression de son premier run - il commence fort et... finit moins fort : il fait sensation avec un combo de retournés de heel wheelings, un heel special one foot (même s'il kicke un plot)... après il enchaîne les erreurs avec notamment un retourné en toe wheeling qui ne tient pas, et un toe seven (certes de 5 tours mais) hors des plots.
Dmitry Shevarutin aussi annonce le ton cash, lui avec une petite démonstration de wheelings sur le 50s : aller en heel wheeling arrière (si si, les 20 plots... c'est l'entrée qu'il a d'ailleurs présentée pour tous ses rounds, avec une régularité de réussite assez insolente !) et retour en essuie-glace to toe wheeling arrière sur les trois-quarts de la ligne. Il attaque le 80s avec un heel seven raté mais se rattrape avec un toe seven sur 5 plots bien propre.

Runs 2

Igor Cheremetieff commence avec sa ligne de figures assises de prédilection (christie, kasakspin, cafetière spin) qui passe sans problème - en réponse à l'entrée du premier run d'Andrei Shitov ; sur ce run encore, il y a beaucoup de déchets (plots qui volent et petit taux de réussite) : à part son entrée sur le 80s en toupie externe à plat sur un pied, il tente un retourné de heel wheeling et un seven sur le petit 80s mais sans grand succès.
Andrei Shitov contrôle son engagement dans ses lancements de tricks pour ce deuxième run, ce qui donne une impression générale moins dynamique que celle de ses concurrents mais nettement plus propre : Il passe un retourné de heel wheeling (4x2), un heel seven sur 3 plots, des compas heel-toe lancés par l'arrière, un toe brush arrière, un toe special one foot (qui arrive péniblement au 4e plot). Pas grand-chose à comptabiliser dans le deuxième run de Viktor Meleshkevich qui cumule les ratés entre ses combos de retournés wheelings qui ne passent pas comme escompté (un heel et un toe), son seven arrière qui tient difficilement deux plots...
Dmitry Shevarutin... Un paradoxe assez amusant : c'est probablement le rider le plus grand de la compétition, mais c'est probablement aussi celui qui aura le plus squatté le 50s. Tout comme Andrei Shitov, il assure ses tricks en les posant avec attention : il fait vite oublier une entrée douteuse en toe special one foot sur le 50s avec un butterfly to machine-à-coudre sur 4 plots ; il place des figures assises (mais avec moins de conviction que ses adversaires) - un combo de christie, relevée, to cafetière ratée sur le petit 80s ; et finit avec un heel seven de 4 plots sur les secondes qui restent.

Runs 3

Igor Cheremetieff commence bien son dernier run avec une entrée en toe chicken leg de deux tours ; le reste est un peu moins convaincant entre deux tentatives de heel seven arrière interne ratées, un heel seven de trois plots, et une tentative de chicken leg externe arrière rattrapée en toupie interne hors des plots.
Andrei Shitov place une belle série de retournés en toe wheeling (arrière-avant-arrière) avec cependant une petite touchette sur le dernier wheeling arrière, un chicken leg à plat en entrée de 80s, rate un deuxième retourné - en heel wheeling cette fois, et finit avec des toupies coréennes.
Viktor Meleshkevich pense à valider une ligne de figures assises avec une sortie originale et osée : christie to kasatchok... to toe seven! - un peu déséquilibré par rapport à une tentative lors d'un des rounds précédents ; il continue sa démonstration de force avec un essuie-glace to toe wheeling to toe essuie-glace (touchette) ; et il finit son dernier run avec un heel seven de trois tours.
Dmitry Shevarutin attaque ce troisième run en beauté avec un combo-qui-fait-mal à base de butterfly to toe wheeling arrière to toe compas croisé to retour en toe compas croisé arrière (je vous avais prévenus); et enchaîne avec un autre combo-qui-fait-mal (dans sa facilité d'exécution) avec un seven externe to toe compas croisé to squattage en toupie croisée autour d'un plot pompée jusqu'au bip de fin de temps.

Last Tricks

Igor Cheremetieff : virage arrière externe en heel wheeling, retourné en avant, et tourne autour de deux plots en avançant... le petit 80s fini, il tente de continuer en heel wheeling sur le 50s mais repose au bout de quelques plots.
Andrei Shitov : retourné arrière-avant sur le 80s, enchaîné avec un début de 50s tremblant.
Viktor Meleshkevich : (sur son deuxième essai) wheeling arrière sur 5 plots, bloque son élan, retour en wheeling avant au début de la ligne, fait demi-tour et repart sur la ligne en tentant un seven qui ne tient pas.
Dmitry Shevarutin : marathon de butterfly.

La victoire revient au plus propre, Dmitry Shevarutin, suivi d'Igor Cheremetieff, puis d'Andrei Shitov, et enfin de Viktor Meleshkevich.

Résultats du Battle Hommes :

1) Dmitry Shevarutin (RUS)
2) Igor Cheremetieff (FRA)
3) Andrei Shitov (RUS)
4) Viktor Meleshkevich (RUS)

Prochain rendez-vous les 20-21 mars pour la deuxième édition de Battle Moscou !

Liens utiles

Le site de l'événement (anglais)
"Liderclub" - autre site (russe)
Résultats complets (site WSSA)
Site des world slalom series
Galerie photo de SomurayTexte : Close Yr E's
Photos : droits réservés
Mis en ligne  le 01 April 2009 - Lu 2705 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB