-
Le 02 March 2009 à 00:00 | mise à jour le 29 January 2012 à 18:47

Test : Roces ASP 100

Test : Roces ASP 100

Plusieurs patins de slalom sont sortis sur le marché ces derniers années. Rollerblade tenait le haut du pavé depuis longtemps avec son Twister, Universkate a lancé le Seba High, mais on a aussi vu Roces proposer son ASP 100, un modèle à coque rigide aux lignes proches du Twister. Nous l'avons testé pour vous...

Article par 

Le modèle slalom de Roces

Test Roces ASP 100 Roces est surtout renommé pour ses patins de street. Il était naturel que la marque évolue vers un patin de freeride/slalom. A côté des grands cadors de la discipline, Seba et Rollerblade twister, le modèle ASP 100 a mis un peu de temps à se faire sa place. Il n'a pas réellement émergé. Se faire une place au soleil demande en effet de plus en plus de finesse dans la conception des patins...

Esthétique

Le Roces ASP 100 présente des lignes simples et brutes sans trop de fioritures. Le cuff (spoiler) blanc façon street tranche sur la coque rouge. On constate la présence de plusieurs ouïes d'aération sur le pourtour de la coque.
Le train roulant se compose d'une platine en aluminium gris clair, lisse, grise et monobloc extrudée, ornée de quelques décorations discrètes.
Les Hyper Concrete + grip blanches sont déjà connues et très appréciées par l'ensemble de la communauté slalom.

La coque

La coque, qui semble très rigide, à l'inconvénient de toutes les coques : elle ne serre pas le patin au bout des pieds, ce qui fait perdre en maniabilité et réactivité.
De plus, Roces, comme tous les fabricants, semble avare de moules : on a donc une pointure de coque pour 2 pointures de pieds. Il y a donc une chance sur deux pour que votre chausson se retrouve avec un petit centimètre de vide par rapport à la coque.
Pas besoin de faire un dessin pour comprendre que les conséquences sur la précision et le confort s'en ressentent. Pour le slalom, donc, on semble en revenir au problème de base du twister.
Inversement, pour le freeride, la coque est souvent gage de confort et de solidité, ce qui est important pour si l'on ne veut pas se ménager et ne pas changer ses patins trop souvent. Le choc absorbeur est assez dur, il pourra encaisser assez longtemps.

Chaussage

Il ne permet malheureusement pas de se défaire de ces impressions. Tout d'abord, l'enfilage est fastidieux. La coque, moulée dans un nylon hyper rigide, s'écarte difficilement.
L'intérieur du chausson est très simple, sans ajout de mousse pour mieux caler le pied et l'empêcher de bouger à l'intérieur. Cette précaution peut sembler un peu pointilleuse, mais lorsque la mousse se tassera au bout de quelques sorties, le pied sera moins bien tenu.
La mousse du chausson, peu épaisse, est cependant très dure, ce qui n'offre qu'un confort spartiate malgré le fait qu'elle soit thermoformable.
Les personnes souffrant d'une malformation au pied risquent souffrir : la déformation de la coque par thermoformage (qui n'est jamais encouragée par le fabricant mais qui peut être nécessaire dans certains cas) doit être plus difficile encore que sur les coques classiques.

Serrage : un peu fastidieux mais efficace

Roces combine un laçage sur l'avant du pied à deux boucles micrométriques sur le coup de pied et le tibia. La boucle supérieur a une finition en métal qu'on appréciera en cas de chute (ça casse moins facilement que le plastique !).
Globalement, c'est une solution tout à fait acceptable.
Plusieurs incohérences poseront problème aux utilisateurs confirmés : les lacets ne descendent pas jusqu'au bout des pieds, ce qui n'arrange en rien le problème de précision et de réactivité décrit plus haut.
De plus, le nylon de la coque est tellement dur, qu'il faudra jouer du biceps pour serrer les lacets. La boucle de coup de pied est en plastique, de piètre qualité. Même défaut pour la boucle de spoiler, qui, si elle possède une languette micrométrique, ne dispose pas de la deuxième moitié de la boucle permettant de régler précisément : avoir un serrage adapté devient vite long et fastidieux.

Maintien et souplesse

La pratique donne encore des nouveaux arguments en défaveur du patin. Si le spoiler monte très haut assure un bon maintien de la cheville, rassurant les patineurs peu confirmés, l'emboitement dans la partie basse de la coque est mal fait. Il limite considérablement la flexion.
En slalom, cela interdit de facto le wheeling impérial et les figures assises, en freeride les fortes poussées.

Châssis/platine

Deux longueurs de platines sont proposées : du 239 mm pour les petites pointures et du 249 mm. Cette dernière est trop longue pour faire du slalom tel qu'il est pratiqué aujourd'hui, à moins que vous ne fassiez plus que du 45.
Très vite, nous avons constaté l'apparition d'un jeu entre les roues/roulements et la platine, alors que les axes ne sont pas dévissés.

Roulements

On est en présence de roulement 608ZZ (à flasques métalliques des deux côtés) en ABEC 7 et sertis, on ne peut donc pas les démonter. Dommage pour l'entretien. Par contre, ils prennent assez peu la poussières et limitent l'entrée des saletés.

Roues

Nous sommes probablement là en présence du meilleure composant des Roces ASP 100, les roues ! Il s'agit de Hyper Freedom Concrete + Grip, une référence sur le marché. Dimension : 76 mm - dureté : 84A.
Elles feront le bonheur de tous les slalomeurs : profil rond et tendres, elles sont parmi les plus plébiscitées par le monde du slalom. C'est bien un des seul patins où le train roulant n'est pas à changer avant toute chose (et à la première sortie) !

Axes et visserie

Nous avons "foiré" un axe au premier démontage. L'aluminium qui compose les axes et la platine nous semble un peu léger !

Finition

La finition générale du patin est assez propre. Nous n'avons pas trouvé de résidus de plastique dans la coque. Les pièces sont bien assemblées. On notera par contre quelques restes de matières sur la platine.

En conclusion

On peut dire que le ASP100 se veut un patin polyvalent, mais qu'en essayant de jouer sur plusieurs tableaux, il ne réussit pas à satisfaire vraiment les cibles visées : ni les slalomeurs ni les freerideurs avertis ne se contenteront tel quel.
Les débutants cherchant quelques sensations pourraient être tenté par son prix légèrement plus bas que les Twisters, sur le même registre, mais il va sans dire que dès les premières progressions, le ASP 100 ne répondra plus à leur attente, contrairement au twister qui est encore utilisé par quelques un des meilleurs patineurs en France.
Une comparaison avec les Seba ou les Powerslide (S3 pour le slalom) est quant à elle hors de propos, étant donné la finesse de fabrication et le prix de ces patins. Test Roces ASP 100

Les points forts et à les points à améliorer

Les plus

+ D'excellentes roues
+ Un prix attractif
+ Le maintien


Les moins

- Manque de souplesse (trop rigide)
- Manque de précision du serrage
- Manque de précision et longueur importante de la platine

Notes

Souplesse06/10
Maintien07/10
Serrage05/10
Confort05/10
Châssis / Platine06/10
Roulements06/10
Roues10/10
Axes et visserie08/10
Finition06/10
Rapport qualité/prix 05/10
 

NOTE FINALE :

 64%

Fiche technique

Marque : Roces
Nom : ASP 100
Année : 2008
Tige : Nylon/polyuréthane
Chausson : Mesh ventilé, chausson anatomique
Cuff : Polyuréthane
Serrage : Boucles micrométriques et lacets
Couleur : rouge, blanc, gris
Roulements : 608 ABEC 7 serti
Roues : Hyper freedom Concrete 76 mm ou 80 mm et 84A
Entretoises : Aluminium type "course"
Axes : Aluminium de 8 mm type "course"
Entraxe : 165
Platines : Aluminium extrudé de 239 mm ou 249 mm selon la pointure
Tailles : 36 au 49
Masse : 1575 grammes en 39
Tarif : 219 Euros
Usage recommandé : Usage occasionnel à régulier en slalom et en freeride

Galerie photos

Liens utiles

Test : Powerslide Hardcore Evo (2011)
Test : Seba KSJ par Chloé Seyres (2011)
Test du Seba KSJ par Alfathor (2011)
Test du Seba Igor Cheremetieff (2010)
Test du Seba High (2008)
Test du roller slalom Seba (première génération) (2005)
Test : Rollerblade twister (2005)
Test : Rollerblade twister plus (2004)
Test : Salomon FSK Deemax (2002)

Test du Roces Slim 300 W 2010
Présentation des gammes Roces 2010
Les rollers Roces de 2003 à nos jours
Test des gants d'agressif (2008)
Matos : survol des gammes Roces 2009
Test des Roces Cannes (2001)
Site de Roces

Texte : Blaise et Alfathor
Photos : Alfathor
Mis en ligne  le 02 March 2009 - Lu 18078 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB