-
Le 05 December 2008 à 00:00 | mise à jour le 08 December 2011 à 15:34

Interview Glace : Alexis Contin

Interview Glace : Alexis Contin

On l'avait laissé avec la combinaison de l'équipe de France, sur les podiums des championnats du monde de Gijón. On le retrouve avec celle d'Ad-Formatie Inframatch sur les anneaux des Pays-Bas. Entre ses titres de champion de France, d'Europe et du monde et ses places d'honneur de la KNSB-Cup, Alexis Contin a pris une pause pour parler...

Mis en ligne par 

« Je ne veux pas faire des JO une fixation »

Pascal Briand, Tristan Loy, Alexis Contin

Son actualité, son emploi du temps de sportif de (très) haut niveau, ses médailles de l'été, celles dont il rêve... Le Malouin fait un point, avant de repartir en piste !

Bonjour Alexis. La saison de roller 2008 n'était pas encore terminée que tu étais déjà parti pour la glace... Tu étais donc pressé de quitter tes rollers ?

En fait, cinq jours après la fin du championnat du monde [en septembre dernier], j'étais déjà aux Pays-Bas à m'entraîner avec mon équipe de glace pour la saison des marathons. C'est un peu dommage, mais je dois remercier l'équipe qui m'a laissé libre pendant tout l'été alors que mes coéquipiers enchainaient les stages. Je voulais participer aux 100 km de New-York avec le Levallois Sporting Club pour clôturer la saison, mais je n ai pas pu...

D'un point de vue personnel, comment cela se passe-t-il pour l'instant aux Pays-Bas ?

Je reviens sur le circuit des marathons après deux ans d'absence, et c'est un peu difficile. J'ai fait un podium et quelques places, mais j'espère gagner une course avant la fin de la saison ! En même temps, je ne laisse pas tomber la grande piste et je m'entraîne dur : je pense courir deux Coupes du monde en février, Erfurt en Allemagne et Heerenveen aux Pays-Bas, pour mesurer mes progrès. Cette saison, j'essaye d'être plus patient et travailler les bases sans brûler trop d'étapes.

Maintenant, quand un patineur passe de la roulette à la glace, tout le monde soupçonne quelque chose derrière, un objectif qui s'appellerait les JO...

Oui, c'est sûr, les JO font rêver... Mais bon, il faut être réaliste : si les Jeux avaient lieu demain, je ne ferais pas de miracle ! Heureusement qu'il reste un peu plus d'un an ! Plus sérieusement, je ne veux pas faire des Jeux Olympiques une fixation. Pour l'instant, je travaille et je fais de mon mieux sur marathon. Et on verra l'année prochaine à quel niveau je me situe.

Alexis, cette interview est avant tout destinée à un public de patineurs à roulettes. De ce côté-là de la barrière, on a l'impression que la glace se situe à un autre niveau.

Franchement, pour avoir couru les championnats du monde sur glace et en roller, je ne pense pas que le roller ait quoi que ce soit à envier à la glace, si ce n'est le fait d'être olympique ! J'étais épaté de voir le niveau global du dernier championnat du monde roller. Sur glace, les différences sont plus marquées : je ne sais pas si c'est plus difficile d'y réussir, cela dépend de chacun. Ce que je sais, c'est qu'un champion du monde roller peut réussir en glace, alors que le contraire, j'en suis déjà moins sûr...

La clé de la réussite, n'est-ce pas, finalement, l'expérience ?

glace

Je ne sais pas. J'ai eu de très bons résultats très vite en glace et après, ça s'est un peu calmé. J'ai fait des erreurs dans mes choix d'entraînement, mais j'espère savoir maintenant de quoi j'ai besoin pour réussir. Je pense que la clef de la réussite, c'est le plaisir, que ce soit en roller ou bien sur la glace.

Quand on fait du sport de haut niveau, l'entraînement et l'encadrement comptent énormément. Mais n'y a-t-il pas quelque chose d'autre par-dessus-tout ?

Savoir pourquoi on s'entraîne est le plus important, et avoir quelqu'un pour le rappeler de temps en temps. Un sportif est souvent dans le doute et je pense que cela est nécessaire, donc il faut avoir des gens compétents autour de soi. J'ai eu la chance de renouer avec le succès cette année et revivre ces dix secondes après la ligne d'arrivée qui n'ont pas de prix, et je le dois définitivement à mon entraîneur ! Donc merci Alain [Nègre].

En parlant de résultats, tu as fait vibrer le cœur des supporters tricolores l'été dernier en gagnant l'or aux championnats d'Europe comme aux championnats du monde roller. Est-ce un aboutissement pour toi ?

Oui, les championnats du Monde ont été magiques ! Juste savoir que j'avais réussi à revenir parmi les meilleurs était déjà une satisfaction. Sérieusement, six mois avant, j'étais très, très loin de ce niveau ! Participer à un championnat du monde en Europe, c'est toujours sympa, surtout que pas mal de supporters français avait fait le déplacement. Et ils ont mis l'ambiance !

Laquelle de toutes ces victoires a été la plus importante à tes yeux ?

Devenir champion du monde est toujours spécial, et cette année un peu plus. Je reviens de deux années pas vraiment magiques sur le plan sportif, donc le titre obtenu à l'élimination des championnats du monde, c'est vraiment l'aboutissement et le sommet de ma saison.

Et si, un jour, on te demandait de choisir entre la roulette et la glace ? D'ailleurs, est-ce possible qu'on te le demande ?

J'ai déjà arrêté les championnats en roller pendant deux ans. Et même si j'ai beaucoup appris de ces deux années passées dans une équipe de grande piste, je ne pense pas que ce soit la meilleure solution pour moi. Donc, disons que je suis assez libre pour choisir de faire ce que je pense être le mieux pour moi.

glace

glace

Palmarès Essent Cup (KNSB-Cup Marathon) cette saison

5ème à Amsterdam le 5/10
6ème à Utrecht le 8/10
6ème à la Haye le 11/10
11ème à Assen le 15/10
7ème à Heerenveen le 18/10
9ème à Enschede le 22/10
3ème à Deventer le 25/10

Liens utiles

Vidéo : 1.000 m championnat Monde vitesse à Gijon
Interview vidéo d'Alexis Contin à Rennes sur Roulettes 2008

Texte : Vincent Esnault
Photos : rollerenligne.com
Mis en ligne  le 05 December 2008 - Lu 5529 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB