-
Le 21 October 2008 à 00:00 | mise à jour le 06 April 2011 à 09:11

Retour sur le championnat de France Marathon

Retour sur le championnat de France Marathon

Les 11 et 12 octobre derniers se tenait en Pays De La Loire, dans la ville d'Angers, le feu « Grand Fond », et nouveau « Championnat de France Marathon ». Au programme : marathon vétéran et épreuve de Contre-La-Montre individuel de 3 km pour les séniors féminines, et de 5 km, soit un tour, pour les masculins le samedi. Le lendemain, dimanche, les différents marathons s'enchaînaient toute la journée...

Article par 

Un parcours difficile mais une belle réussite

C'est sous un superbe soleil automnal que les organisateurs de l'Intrépide Angers ont pu accueillir les compétiteurs, sur un circuit très cassant physiquement, du fait du profil, mais aussi et surtout du revêtement.

Les épreuves de contre-la-montre

Sur ce circuit varié, alternant grandes boulevards et parties sinueuses, zones roulantes et gratton, il était assez dur de conserver un rythme régulier, et surtout, de pouvoir se situer par rapport aux adversaires. Il est important de noter aussi, au final, les écarts qui ont été concédés par rapport aux leaders dans les différentes catégories.
On retiendra les meilleurs temps de la journée, à mettre au compte de l'épouvantail français du roller Yann Guyader, et à Nathalie Barbotin chez les femmes.
Si la catégorie Élite Femme termine en bonne position au niveau des chronos, Laétitia LeBihan signant le second temps à moins de 7 secondes, et Ghislane Samir le 3ème, il est intéressant de noter chez les hommes, la capacité de certains athlètes des catégories Junior et Nationaux à se rapprocher des meilleurs Élites, voire même de les devancer. On notera ainsi la performance de Anthony Averty, qui termine à une poignée de secondes de la référence nantaise, Guyader. Cela prouve à quel point ces catégories, certainement du fait de la cohabitation sur la FIC, possèdent désormais un niveau élevé.

Nationales dames

Chez les féminines, l'épreuve s'est déroulée majoritairement en nocturne, durcissant un peu l'exercice... Un des faits marquants de la journée restera le "coup" réalisé par Caroline Jean, de retour au tout premier plan, devançant une autre athlète qui a fait parler d'elle au niveau européen cette année, Christine Chabenet.

Les Marathons

Sur le week-end, on retiendra essentiellement quelques épreuves qui ont été particulièrement spectaculaires...
Ainsi, le samedi, chez les vétérans, la course a été très animée. La meute des LOU lyonnais a fait parler d'elle, semblant au service de son leader, Nicolas Jaffrain, beaucoup surveillé durant cette épreuve, tant il faisait figure de favori, de par son expérience, son palmarès, et la saison qui vient de se dérouler.
Surveillés, d'autres l'étaient tout autant, comme Philippe Poirier (VSF Roller), ou Eric Weinbrenner (Strasbourg). Jaffrain a réalisé une course de gros bras, tentant plusieurs échappées, dont une assez longue, parvenant à prendre plus de 30 secondes d'avance, avant d'être repris en fin de course. Malgré ses efforts, associés aux attaques de Poirier et Weinbrenner, c'est un peloton groupé qui a du se départager au sprint, et à ce jeu, c'est le patineur de Lourdes, qui organisera le prochain France Marathon, Cabarry, qui remporte le tire. Il a su imposer sa pointe de vitesse dans les derniers mètres, face à Jaffrain qui avait lancé les hostilités, et Poirier sur la droite du circuit.

Le lendemain matin

Les Nationaux Hommes, suivi des cadets, débutaient les hostilités. C'est à un rythme très soutenu que les épreuves ont eu lieu. On retiendra notamment la tentative d'échappée, non fructueuse, de Cyril Laurent. C'est là aussi un peloton réduit qui a réglé la course au sprint.
Le Coulainais Stéphane Bouvier, de retour cette année au premier plan en National, surtout sur les courses traditionnelles, a fait valoir sa parfaite technique, pour prendre un avantage qui semblait définitif, pour remporter le sprint. C'était sans compter sur l'opportunisme, et l'opiniâtreté, de Hilaire, de Villeparisis, qui lui souffle le titre pour à peine une roue, sur la ligne d'arrivée, après un superbe lancé de patin. Le très expérimenté Thierry Zocca prend la 3ème place.
Chez les jeunes, Aurélien Romaniac signe une nouvelle victoire cette année, ayant dominé la catégorie de bout en bout, aussi bien en indoor qu'à l'extérieur.

L'après-midi

Chez les femmes, l'animatrice insoutenable restera Laétitia Le Bihan (GROL /Sarthe.Loops Racing by CadoMotus). Se sentant de bonnes jambes, elle a réalisé une course de « costaud », s'échappant rapidement, et parcourant une majorité de l'épreuve seule à l'avant, allant jusqu'à posséder près de 40 secondes d'avance.
Seulement, ce circuit ne semblait vraiment pas taillé pour les solitaires, et elle sera reprise elle-aussi.
Malgré ses tentatives de nouvelle escapade, c'est finalement la très futée Anne-Sophie Petitprez, également très réputée pour ce genre de coup (on se rappellera de la WIC de Dijon cette année), qui réussit à sortir en toute fin de course. Le peloton, finalement résigné, se partagera les miettes du podium au sprint, Barbotin et Halbout prenant donc les accessits.
Chez les Nationales, en l'absence de Jean, certaines athlètes semblaient favorites, notamment Chabenet, ou encore Jeannerod. La principale difficulté pour elles, par rapport aux FIC, allait être de devoir durcir le rythme, naturellement élevé par les Elites habituellement, pour faire réellement la différence.
C'est une dizaine de femmes qui arrivera finalement au sprint, et la victoire reviendra à Chabenet.
Chez les cadettes, 2 athlètes tout particulièrement auront animé la course, Lucie Perruzzetto (VARS) et Carine Talbourdet (RILL – Sarthe.Loops Racing By CadoMotus).
A 9 unités, elles arrivent au sprint, remporté par Perruzzetto, devant Abeillé et Talbourdet.
A près une longue période de tergiversations, il sera annoncé que 2 athlètes sont disqualifiées, dont Perruzzetto, qui aurait échangé quelques politesses auprès de ses adversaires durant la course.
Le titre revient donc à la sociétaire de l'ALVA, Jessica Abeillé, réputée jusqu'à présent pour ses qualités de sprinteuse ! Carine Talbourdet prend donc la médaille d'argent, le bronze revenant à Marine Mihles de Grenade.

Elites Hommes

Enfin, la course des Elites Hommes clôturait le championnat, partageant le circuit avec les Juniors. Après une première tentative d'échappée de Maxime Provost, puis de Nicolas Duval, Mathieu Boher, et d'autres groupes. C'est l'impressionnant Yann Guyader qui réussira le coup de la journée, développant une avance conséquente en quelques tours...
Après une course très difficile, il s'imposera devant un peloton réduit de quelques athlètes, dont Boher, Hascoet, Fernandez, Despaux, le reste du peloton de tête terminant une trentaine de secondes derrière.

Impressions

L'Intrépide d'Angers, pour sa première organisation d'une épreuve phare du calendrier nationale, a fort bien réussi son coup ! Les épreuves se sont enchaînées sans retard, le circuit était bien balisé, l'accueil était très bon.Bravo à eux !
Pour autant, le bilan de ce week-end reste mitigé pour plusieurs raisons :
Tout d'abord, il est implacable de constater depuis la mise en application du nouveau format de compétitions, les "Championnats de France" ne sont malheureusement plus la grande fête "rolleristique", la vitrine de notre discipline.
Le France "Marathon" aurait dû être plutôt épargné par cette grise mine ambiante de notre discipline, du fait qu'une seule catégorie, les minimes, aient subi l'amputation du programme. Il n'en est rien, puisque cette compétition a rassemblé uniquement 250 athlètes, face à près de 500 les années précédentes.
Il sera certainement utile, intéressant, et crucial, de comprendre cette situation. Conséquence de la perte de l'aspect familial de notre sport ? Crise ? Pouvoir d'achat ?
Un nombre d'inscrits limité, ajouté à un tracé difficile, ont souvent donné lieu à mi-parcours des épreuves à un spectacle assez triste, avec des pelotons de tête limités à une dizaine d'athlètes...
Enfin, ce circuit était installé dans une zone résidentielle de Belle-Beille, quartier familial et étudiant d'Angers. On pourra regretter le fait que de plus en plus, les courses roller soient excentrées par rapport au centre ville. Néanmoins, on peut tout à fait comprendre les difficultés qu'a pu connaître un club pour établir un circuit dans une grande ville comme Angers.
Cependant, on pourra s'étonner que les structures fédérales n'aient pas perçu l'intérêt l'opportunité que représentait cette épreuve pour être présent, avec un stand, et pourquoi pas la structure ERF pour détecter de jeunes patineurs, que l'on a vu assez nombreux parcourir les trottoirs du circuit.
Ma conclusion sur ce week-end est un peu comme une toile de Rembrandt, tout en clair-obscur :
On perçoit de magnifiques zones illuminées, laissant apparaître une parfaite organisation, de grandes figures de notre sport qui se sont illustrées après de très belles courses, techniques, stratégiques, physiques, et la « Beauté » intrinsèque de notre sport... Ces illuminations émanent de l'obscurité ambiante, masquant les difficultés que le roller skating connaît en ce moment en France. On peut se concentrer sur la lumière, mais ce serait une lecture un peu trop facile de cette toile vivante qu'est notre microcosme...
N'est-il pas trop tard pour réagir, et agir ? Et, de quelle façon ? Rollerenligne.com doit nous permettre de faire converger les avis, les compétences, afin d'être force de proposition, et transformer les plaintes et critiques en ondes positives, qui viendront en aide aux structures fédérales. Qu'en pensez-vous ?

Ludovic Alvarez

Liens utiles

voir la galerie photo ici
Télécharger les résultats complets ici (zip - 600 ko)
Télécharger la liste des engagés ici (format excel 4 Mo)
Débat sur les championnats de France sur le forumTexte : Ludovic Alvarez
Photos : Christophe Potreau
Mis en ligne  le 21 October 2008 - Lu 2145 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB