-
Le 24 September 2008 à 00:00 | mise à jour le 25 September 2008 à 08:24

Un plateau relevé pour la TransRoller 2008

Un plateau relevé pour la TransRoller 2008

Ce week-end, la French Inline Cup a fait escale dans le Doubs pour l'une des épreuves les plus plébiscitées par les patineurs : la Transroller. En plus de son fameux ville à ville et de ses paysages magnifiques, on a pu profiter cette année d'un plateau international exceptionnel...

Article par 

Froid mais ensoleillé

Après la chaleur harassante de la French Inline Cup de Besançon fin août, la douceur du climat du Haut-Doubs a confirmé la transition vers l'automne. La bise a soufflé sur la Trans'Roller, traditionnellement glaciale et ensoleillée du samedi au dimanche.

La course open par Frédéric VANNSON (26ème au scratch)

Dimanche, Il fallait prendre le temps de bien s'échauffer avant de s'élancer pour cette nouvelle TransRoller, en ayant toujours un oeil sur la ligne de départ car à Pontarlier, les premières lignes sont occupées au moins un quart d'heure avant le départ et on se retrouve vite en milieu de peloton.
Cette année, nous avons eu droit à un départ tranquille car il a été donné après 1.5 km de "balade dans Pontarlier". Puis la machine s'est lancée dès la sortie de Pontarlier.
Le groupe de tête s'est formé dès la sortie de la ville sous l'impulsion de notre infatigable rouleur régional Cédric Evain. Il a une nouvelle fois passé la cinquième dès les premiers kilomètres pour imprimer un train rapide qui n'a permis qu'à une cinquantaine de coureurs (sur 370) de suivre la cadence. Quelques légères accélérations ont laissé des traces jusqu'à malbuisson où nous sommes plus qu'une trentaine dans le peloton de tête. Lors d'une descente rapide et sous l'impulsion de Fabrice VAXELAIRE (RC3V), nous nous retrouvons échappés avec un troisième homme sociétaire du club de Strasbourg, nous prenons 500 mètres d'avance. Le peloton joue au chat et à la souris avec nous, et nous, comme de jeunes loups, nous nous enflammons et grillons quelques cartouches.
Puis, à l'approche de la cote du BREY, le peloton accélère et nous double dans une descente avec une vitesse d'au moins 20 km/h supérieure à la notre. Après le passage du ventilateur géant, c'est dur de reprendre le train en marche, et nous nous retrouvons lâchés.
A 5 km de l'arrivée, le peloton n'est plus composé que d'une dizaine de coureurs, le reste est éparpillé sur la superbe route vallonnée qui rejoint l'arrivée. Quant à moi, je me retrouve dans un groupe de 5, mes deux compères d'échappée de la mi-course sont également avec moi. La petite côte de la chapelle à l'entrée du village de Mouthe annonce l'arrivée. Le superbe gratton du tour du parc est là pour préparer nos jambes à lancer le sprint sur la dernière ligne droite pleine de trous.
Il faut être puissant pour atteindre l'arrivée à vive allure, mes 4 X 110 m'ont permis de passer en tête de ce petite groupe. Cette course reste superbe, les 23 Ascapiens présents ont une nouvelle fois fort apprécié le paysage et les encouragement des spectateurs avec leurs cloches.
Merci pour la météo, on ressignera l'année prochaine, merci pour les douches vivifiantes de fin de course !

Les forces en présence

L'organisation a misé sur la venue de nombreuses équipes nationales et internationales. De la Nouvelles-Zélande à la Colombie, le plateau a été largement relevé. Les pronostics allaient bon train samedi soir avec un Yann GUYADER revenant du championnat du Monde de vitesse avec 2 médailles dont une en or. On a aussi noté la présence des Suisse du Team X-Tec Crocs (à surveiller).

Un format particulier : le ville à ville

Le ville à ville reste excellent moyen de tester le potentiel des coureurs. En contre partie, l'organisation doit déployer une logistique importante tout le long du parcours. Cette année encore, les organisateurs ont démontré leur professionnalisme et la parfaite maîtrise des contraintes liées à une course longue de 34 kilomètres.

La veille de la course

Les animations du samedi après-midi ont été dédiées aux skis-roues avec, dans un premier temps, la montée du Larmont. Sont venues ensuite les courses enfants et une démonstration de roller acrobatique qui ont permis de faire découvrir quelques disciplines ouvertes aux plus jeunes. Contrairement aux années précédentes, les skis-roues n'ont pas pris le départ des 34 km.

Julien Sourisseau (RPM Poli) fait son trou !

Le vent favorable a permis un début de course plus rapide que les années précédentes : l'évolution du matériel avec le passage d'un grand nombre de patineurs en 4x110 mm ainsi qu'une chaussée complètement sèche ont ainsi fortement contribué à faire tomber le chrono cette année (près d'une minute ! ).
Le Team X-Tec Crocs a fait forte impression en gagnant le sprint intermédiaire à Malbuisson. L'échappée de Séverin WIDMER a marqué les esprits dans le groupe de tête. Après 20 kilomètres en solitaire, il n'est rattrapé qu'à moins de 5 kilomètres de l'arrivée.
A noter un gros travail du Team RPM POLI qui a répondu principalement aux attaques successives de Sébastien HENRY sur le premier faut plat avant Oye et Pallet, puis de Nicolas ITEN chez ROLERBLADE entre la côte du Brey et MOUTHE.
Lorsque le premier peloton emmené par Matthieu BOYER a recollé avec le suisse Séverin WIDMER, Yann GUYADER s'est montré combatif, prenant avec Julien LEVRARD et Julien SOURISSEAU de nombreux relais.
Arrivée à la hauteur du raidillon de l'église de MOUTHE, Julien SOURISSEAU a fourni un gros effort pour creuser l'écart. Il a réussi un sérieux coup de force. Il est parvenu à réaliser une cassure d'une centaine de mètre qui lui a permis d'assurer une première place malgré des crampes et un ultime virage en épingle quelques peu difficile à négocier. Il a relié la ligne droite sans avoir à livrer bataille au sprint.
En revanche, l'assaut final pour les 2ème et 3ème position a été favorable à Diego ROSERO, actuellement 6ème de la World Inline Cup. Yann GUYADER assure la troisième place. RPM POLI a donc encore fait le show avec une première place bien méritée.
A noter également la présence des frères GAMBA(s) avec respectivement la 20ème place pour Benoît et la 22ème place pour Jean-Baptiste.
37.57 km/h de moyenne, une belle échappée, des paysages magnifiques, un lac en guise de point de vue, bref, une TRANS'ROLLER comme on les aime !

Victoire néo-zélandaise sur la course féminine

On a compté seulement 18 patineuses au départ de la course féminine, toutes catégories confondues. Parmi elles, on a quand même noté la présence de quelques patineuses de classe internationale comme Nicole Begg, vainqueur de l'édition 2007, ou encore sa coéquipière de Bont Wheels, Alexandra Vivas. Le France était représentée par Anne-Sophie Petitprez ou encore Maryline Jeannerod.
L'écrémage s'est fait progressivement durant la course. Le rythme a augmenté progressivement pour ne finalement laisser que 5 patineuses dans la dernière ligne droite. La course a été remportée au sprint par Nicole Begg devant Alexandra Vivas et la jeune Jessica Gaudesaboos.

Maryline Jeannerod : Ma "Trans'roller"

"Cette course a été pour moi, comme un retour aux sources. En effet, née à Pontarlier, dans cette région que j'adore, j'avais à coeur depuis quelques années de la gagner un jour (en nationale bien sûr !). Et cette année, pour une fois, j'ai pris le départ sereine, j'étais en forme et entraînée.
Le départ neutralisé en ville a donné un démarrage plutôt tranquille. Puis on a pris une bonne allure sur la route de Oye-et-Palet en face du Château de Joux mais sans changements de rythmes brusques. Nous étions alors une bonne dizaine.
Pas de problème pour suivre le train, je restais en début de peloton juste derrière les élites, surveillant les éventuelles attaques.
Les premières accélérations ont été lancées assez tard, vers le milieu de course. On a alors perdu peu à peu quelques patineuses. Et c'est dans le village de Malbuisson, sur le faux plat montant qu'on a perdu la majeure partie des nationales. On n'était plus que 2, Emilie ROUGER et moi, avec les élites.
On a assez vite distancé les poursuivantes et perdu encore une élite.
Les deux Bont (Nicole BEGG et Alexandra VIVAS), ont entamé la côte du Brey sur un faux rythme. J'avais peur que ça revienne derrière. Mais dans le dernier quart de la montée, elles ont mis une grosse relance. C'est là qu'Emilie et moi, avons décroché laissant partir les 5 élites se disputer la victoire.
Les petits vallons avant Mouthe étaient plus difficile à deux, mais on ne s'est pas faites reprendre par nos poursuivantes.
L'arrivée fut un peu chaotique : un sprint en slalomant à travers un peloton homme étalé sur toute la largeur (normal ils sprintaient aussi !). Chacune a choisi son côté, c'était très serré et j'ai finalement passé la ligne en tête ; ravie de gagner « chez moi ».
Bon, biensûr, j'aurais aimé finir dans le peloton de tête avec les élites, mais c'était encore un peu juste pour moi, peut-être l'année prochaine ! "

La course de Jessica Gaudesaboos

"Pour une fois, la course a commencé le matin. Comme on était à 800 m d'altitude, il a fait très froid, pour moi qui n'ait pas l'habitude et pour les autres aussi je pense.
Après un départ tranquille dans la ville, on est montées à un bon rythme. Pendant toute la course, il n'y a jamais eu de grosses accélérations, mais il y a eu presque tout le temps un rythme assez élevé.
A mi-course, juste avant de monter la côte la plus longue, on s'est trouvées encore avec 8 filles.
Mais dans la côte, le rythme a augmenté encore un peu avec Nicole Begg devant. Et après la côte la plus longue, on ne s'est plus retrouvées qu'à 5 filles avec encore 10 km à parcourir et tout le monde a pris des relais.
C'est donc à 5 qu'on a fait le sprint final. Anne-Sophie est déjà devant à environ 2 km de la fin et elle augmente la vitesse peu à peu.
A environ 400 m de l'arrivée, je lance le sprint mais avec froid, les muscles ne sont pas trop prêts. C'est pour toutes les filles pareil. J'essaie de tenir jusqu'à la ligne. A 100 ou 200 m de l'arrivée, il y a les deux filles Bont, Nicole Begg et Alexandra Vivas, qui me passent. Je finis donc troisième d'un groupe de tête de 5.
La course était très bien, un bon parcours et une bonne organisation."

Les impressions de Laure Fesselet (Nationale)

"Je suis super contente de ma course. Le temps était idéal pour moi, même si au départ il faisait un peu froid. Quelle plaisir d'être sur la même ligne de départ que Nicole Begg et Alexandra Vivas !
Pour un début en nationale, je suis assez satisfaite de moi, j'ai réussi à tenir 17 km aux côtés de ces deux patineuses faisant parties des meilleures mondiales, c'est cool. D'autant plus, qu'étant une passionnée de roller, j'admire ces filles, donc être avec elles, wahou !
Nous sommes parties très doucement, puis le rythme s'est accéléré. J'ai su résister aux premières accélérations, mais à force cela devient très difficile. J'ai donc lâché au 17ème kilomètre, étant peu nombreuses (18 filles) j'ai fini mes 34 km seule, avec un bon vent de face, accompagné d'un méchant mal de dos !
Je termine 10ème sur 18 du marathon élites/nationales femmes. Dans la catégorie nationale femme je me place 4ème sur 11. Je mets 1h 10 min et 52s"

Principaux résultats

Élites hommes

1) Julien SOURISSEAU (Team RPM-POLI) - 00:54:18
2) Diego ROSERO (Rollerblade World Team) - 00:54:23
3) Yann GUYADER (ASTA NANTES) - 00:54:24
4) Ben ALCHIN (WORLD INLINE CENTER)
5) Julien LEVRARD (LEVALLOIS SPORTING CLUB)
6) Severin WIDMER (Team X-Tec Crocs)
7) Nicolas ITEN (Rollerblade Wolrd Team)
8) Matthieu BOHER (Team RPM-POLI)
9) Alexander BASTIDAS (BONT INTERNATIONAL)
10) Timon SPOERRI (Team X-Tec Crocs)

Élites dames

1) Nicole BEGG (BONT INTERNATIONAL) - 01:04:42
2) Alexandra VIVAS (BONT INTERNATIONAL) - 01:04:42
3) Jessica GAUDESABOOS (Cadomotus) - 01:04:42
4) Karin WIDMER (Team X-Tec Crocs)
5) Anne-Sophie PETITPREZ (Team ASEB)
6) Maryline JEANNEROD (STRASBOURG ROLLER VITESSE)
7) Emilie ROUGER (MONT BLANC ROLLER)
8) Chrystelle BOUCHET (ASTA NANTES)
9) India KUHN (Team X-Tec Crocs)
10) Laure FESSELET (ASCAP ROLLER SKATING)

Open hommes

1) Samir HALI (GENERATIONS ROLLER SPORT) - 01:01:25
2) Eric WEINBRENNER (STRASBOURG ROLLER VITESSE) - 01:01:26
3) David BERNARDIN (RSC GRENOBLOIS) - 01:01:26
4) Jean Nicolas BACHMAN (Roller Provence Méditerranée)
5) Nicolas JAFFRAIN (LOU OMNISPORTS SECTION ROLLER)
6) Philippe POIRIER (VSF LA FERTE BERNARD)
7) Sébastien ODIOT (Cercle des Patineurs Livryens)
8) Philippe CABARRY (LOURDES ROLLER)
9) Jérôme MARTIN (PLANET ROLLER)
10) Benoît THIEBAULT (Team alstom riders)

Open dames

1) Elodie GAILLARD (MONT BLANC ROLLER) - 01:15:41
2) Anne-Françoise LEFEUVRE (REIMS PATINAGE DE VITESSE) - 01:15:45
3) Véronique HUNTZINGER (S.C.R.S AURORE COLMAR) - 01:15:46
4) Anne-Marie DEMEESTERE (MANT ROLL 78)
5) Laetitia LADUREL (SAM)
6) Sophie MIZERMONT (PUC)
7) Sandrine BOURGUIGNON (PATRONAGE LAIQUE PAUL BERT)
8) Estelle WOESSNER (STRASBOURG ROLLER VITESSE)
9) Ghislaine DUBOUCHER (CS BRETIGNY SUR ORGE)
10) Béatrice HUG (AM SPORT)

National dames

1) JEANNEROD Maryline
2) ROUGER Emilie
3) BOUCHET Chrystelle
4) FESSELET Laure
5) SANGIORGIO Léa
6) LEBOEUF Cécilia
7) EUVRARD Fannie
8) MARTINEZ Claire
9) BOUDRY Jeanne
10) BUTEN Carin

National hommes

1) GAMBA Benoît
2) GAMBA Jean-Baptiste
3) DUCREUX Damien
4) ZOCCA Thierry
5) DEJEAN Thibaut
6) MIQUEU Sébastien
7) LAURENT Cyril
8) JACOB Gaël
9) PINEAU Stéphane
10) LECLERC Grégoire

Liens utiles

Site de l'organisation
Réactions internationales sur le site de Bont
Galerie photo de l'événement
Le blog de Laure Fesselet
Vidéo : la Transroller avec Arnaud Gicquel depuis la voiture de tête
Vidéo : Interview de Maryline Jeannerod
Vidéo : Podium et Interview de Fabien Hascoet (RPM Poli)
Vidéo : les courses enfants de la TransrollerTexte : Vincent Buin
Photos : Vincent Buin
Mis en ligne  le 24 September 2008 - Lu 4122 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB