-
Le 15 February 2008 à 10:00 | mise à jour le 16 August 2018 à 22:39

Bien choisir ses platines de roller course et vitesse

Bien choisir ses platines de roller course et vitesse

Ce troisième article consacré au matériel sur les châssis est la suite logique du précédent consacré aux chaussures. Depuis bientôt 20 ans que les patins en ligne sont utilisés en course, les châssis ont considérablement évolué, mais leur fonction de base reste la même : faire le lien entre la chaussure et les roues...

Mis en ligne par  COMMUNIQUE DE PRESSE

Les conseils de Christophe Audoire - entraineur international roller course

Christophe Audoire En tant qu’entraîneur et expert international, Christophe Audoire a participé, en collaboration avec plusieurs fabricants, au développement de patins de course. Les châssis ou platines doivent maintenir les roues en ligne avec une grande rigidité pour bien transférer les forces en 

présence lors des prises de carres et de la poussée.

Ils doivent aussi avoir des parties plus flexibles au niveau du train de roues pour bénéficier d'une bonne maniabilité.

Comment tester le bon rapport rigidité / souplesse des châssis de roller de vitesse ?

Comme pour les chaussures, avec la force des doigts vous pourrez apprécier à différents endroits la résistance qu’offre le châssis à la pression exercée :

  • prenez un châssis (sans roues ni axes),
  • pressez-le entre les doigts au niveau des axes de la première et de la dernière roue : vous devez sentir une légère flexibilité et un retour dynamique,
  • pressez maintenant à différents endroits au centre du châssis vous devez avoir différentes sensations alternant rigidité et souplesse.

Attention : si l’ensemble du châssis plie uniformément assez facilement vous aurez, en patinant, une sensation de « flottement » et une difficulté à contrôler ces patins.

Au contraire si l’ensemble du châssis présente la même rigidité sur toute sa longueur, on obtient un châssis peu maniable et un manque de dynamisme de l’ensemble. La sensation d'être coincé sur des rails.

Un châssis complètement rigide « ne tourne pas » !

" Il y a quelques années j’avais participé à des essais comparatifs de patins. A mon grand étonnement un des châssis était tellement renforcé, qu’il était impossible de tourner. On avait l’impression d’être monté sur un rail et de devoir « forcer » les patins à tourner en jouant sur la souplesse des roues.
Il faut une bonne combinaison entre force et souplesse. Le mot clef est : dynamisme."

Bien choisir ses chassis et platines de roller de vitesse

Un concept récent : les ponts en arches et en X

Cours de roller avec Christophe Audoire

Pour obtenir cette bonne combinaison dynamique, les fabricants ont conçu les châssis nouvelle génération avec une structure en forme d’arche ou de X avec des points très rigides au sommet de ces arches et des points plus flexibles aux extrémités. Il est important de conserver la continuité de la ligne de roues, avec un écartement régulier des roues.

Lors de la transition du 84 mm au 100 mm, certains fabricants avaient élaboré rapidement des châssis pouvant être montés en 4x100 mm sur des chaussures de 165 mm d’entraxes.

La solution qui avait été retenue était de décaler la roue avant, ce qui coupait cette ligne de roues. La maniabilité du patin étaient alors altérée. Fila a été la première marque à modifier l'entraxe des platines, passant de 165 à 195 mm en 2003.

A cette époque, avant les chaussures en 195 mm, la solution la plus adaptée était le 3x100 mm et une roue plus petite (84 ou 90 mm) qui présentait l’avantage des 4 points de contacts au sol avec un écartement bien régulier, sans rehausser la chaussure.

D'autres critères à prendre en compte pour choisir vos châssis de roller

Tout autant que le diamètre des roues, le choix de la longueur du châssis est important, en prenant en considération la taille et puissance du patineur.

 Lorsque l’on pense diamètre des roues (différence entre 90 mm et 100 mm par exemple), on l’associe à la puissance supplémentaire qu'il va être nécessaire de développer pour une foulée.

La longueur de la platine est un facteur déterminant

On oublie souvent que la longueur du châssis joue un rôle important. La longueur va agir comme un levier : plus il est long, plus vous pouvez développer de puissance si, bien entendu, vous avez la force en conséquence.

Sur les patins de course, les châssis sont plus longs que la chaussure. On va chercher à obtenir ce levier supplémentaire et le rapport puissance/vitesse qui va avec. La stabilité est aussi augmentée à grande vitesse. Un châssis plus court est plus maniable.

Attention aux axes anodisés qui bloquent plus facilement

Un petit détail mécanique ne doit pas être oublié : préférez des axes non anodisés (sans couleur) pour monter vos roues car la fine couche d’anodisation bloque parfois les axes sur le châssis.

Pour aller plus loin...

Pour le montage chaussure / châssis, vous pouvez vous référer à l’article précédent sur les chaussures. Le choix de châssis (modèle, diamètre des roues, longueur) est fonction de la catégorie et de la pratique de chacun.

Christophe Audoire

Les conseils de Ligne Droite sont là pour vous aider dans votre choix. Vous pouvez aussi poser vos questions directement par Email : ligne.droite@orange.fr
Si vous avez un besoin d’un conseil vous pouvez nous joindre au 0 975 975 346.

Liens utiles

Quelle platine de roller pour quel usage ?

On a testé pour vous... les platines 3 x 125 mm

 

Article rédigé avec le soutien de Ligne Droite
Votre spécialiste roller course depuis 1992
Mis en ligne  le 15 February 2008 - Lu 16493 fois

Mis en ligne par :
Le communiqué de presse est le meilleur ami du journaliste en panne d'inspiration ! Merci à l'ensemble des clubs qui nous font parvenir des informations sur leurs événements à venir, leurs résultats de matchs ou de courses et bien d'autres choses utiles à partager...

Site web Google+ facebook Twitter


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB