-
Le 15 December 2007 à 00:00 | mise à jour le 29 April 2008 à 22:46

Le mariage de la technique et du matériel

Le mariage de la technique et du matériel

Cet article ReL inaugure une série de reportages avec Christophe Audoire, entraîneur de plusieurs Champions d’Europe et du Monde Français et expert international du roller. Débutons avec les propriétés indispensables du matériel...

Article par 

Christophe Audoire : un « ancien » reconnu

Depuis 1987, Christophe a travaillé en collaboration avec les meilleurs fabricants, pour tester et améliorer les produits proposés aux patineurs.
Des roues Elcomac avec Adolfo Angelici qui l’a initié à la « cuisine du polyuréthane » à Salomon, lorsqu’il était entraineur de l’équipe international, Christophe a toujours partagé son expérience avec les fabricants.
Il conseillait notamment sur les patins courses et vitness. Il a aussi participé dernièrement au développement des roues Matter avant qu'elles ne sortent sur le marché.

Fondateur de Ligne Droite

Christophe a créé en 1992 la société Ligne Droite. Depuis, il apporte ses conseils aux patineurs en considérant les patins non pas comme des produits commerciaux mais l’ustensile technique qui doit être adapté aux besoins de chaque patineur.
Ce premier article est une approche alliant enseignement technique et matériel.

“Patino sano in Corpore sano”

La première approche du matériel, que l’on soit patineur ou entraineur, est de concevoir les patins comme un prolongement du corps. Nous ne sommes pas montés sur des rollers mais ils sont comme une excroissance du pied qui doit être réellement « in…corporée ».
Cette approche va considérablement modifier notre compréhension du patinage et du matériel. Nous aurons alors une plus grande exigence pour rechercher un bon maintien du pied, la liaison pieds/chaussure avec une parfaite cohésion.
Cette « articulation artificielle » doit nous permettre une grande précision et liberté de mouvement.
C’est le rôle de la coque (en carbone) d’apporter ce maintien du pied et la forme de coque en S, bien fermée sous la malléole, est la plus conseillée.
Les coques en forme de C, de la base au sommet de la chaussure, ne sont pas optimales pour bien maintenir le pied. Observez la forme de vos chaussures (vue de derrière), si elles ont bien cette forme en S.

Les roues font de nous des… patineurs !

Evidemment, ce sont elles, nos roues, qui nous permettent alors de prolonger le mouvement d’un « simple coureur à pied » en un geste de patinage.
Ce sont nos roues qui font la liaison avec le sol… Quelques millimètres de polyuréthane qui ont pour mission, en « accrochant » bien le sol, de restituer la force de la poussée.

La restitution de la force

La vitesse ne vient pas uniquement de la force à laquelle nous poussons mais surtout de la restitution de cette force pour propulser le corps.
Cette notion fondamentale est souvent négligée et pourtant lorsqu’elle est bien perçue par le patineur c’est cette capacité à « pousser juste » qui fait la différence en termes d’efficacité de patinage entre deux coureurs.
La bonne position de course dite assise est l’élément technique qui nous permet de pousser avec force sur l’ensemble des roues au sol, de sentir l’accroche des roues et la force de propulsion.

La notion de roulage

Dans le roulage qui en résulte la qualité de la roue est très importante.
Jusqu'à 60 % de l’effort de patinage est contre la résistance de frottement au sol, un bon roulage va considérablement augmenter notre vitesse tout en diminuant l’effort. On parlera alors de la résilience de la roue, sa capacité à reprendre rapidement sa forme lors du roulage. Le poids du patineur écrase la roue, sur ses points en contact au sol. Lorsque la roue tourne, plus vite elle reprendra sa forme initiale moins il y aura de frottement et meilleur sera le roulage.
C’est ce que l’on perçoit et traduit simplement par le rebond, dynamique, de la roue.

La qualité du polyuréthane est déterminante

Sur les roues de haut de gamme, ce sont les composants à haut coefficient de résilience (de type matière Dupont Nemours) qui font la différence…mais aussi leurs prix. En tant que matière première ces composants sont beaucoup plus chers.
Les roues de moyenne gamme et les plus économiques ne sont pas fabriquées avec ces mêmes composants.
On peut mesurer et comparer les qualités de roulage d’une roue, sur les patins comme en labo. Il est très facile de tester soi même les roues et ressentir les différences de roulage et d’accroche. Un prochain article y sera consacré.
Autre considération d’ordre générale dans la technique de patinage, pour parler des roues et du patinage en générale on utilisera le terme de roulage et non de glisse, plus approprié. On glisse sur glace ou sur neige mais on roule avec des roues sur de l’asphalte ou autres surfaces.

Les châssis : dynamisme et maniabilité

Les châssis semblent être l’élément le moins important, leur fonction se limitant à faire la liaison entre la chaussure et les roues…
Mais comme pour le geste sportif, le châssis est lui aussi une bonne combinaison entre force et souplesse. Le mot clef est dynamisme, le châssis doit posséder ce bon dosage de maintien rigide et de flexibilité.
Les châssis ou platines alliant le mieux ces deux éléments sont alors conçus de manières à avoir des points rigides (points de poussée) et des parties plus souples (aux extrémités et au centre) pour la maniabilité.
Choix, et ajustement du montage seront évoqués dans un autre article.

Qualités physiques + rollers : un tout !

La qualité de patinage est influencée par les patins utilisés.
Si en terme de performance, on s’accorde à dire que les qualités physiques du patineur sont les éléments primordiaux de la réussite (avec l’entrainement approprié), il est alors important voir fondamental de considérer le matériel comme une composantes de ces qualités physiques.
Un corps d’athlète parfait jusqu'à « la pointe des rollers » !
Lors de stages techniques, avec des coureurs et des entraineurs, je suggère toujours aux participants d’apporter une attention égale au matériel et à l’enseignement du geste.

L’équation - matos et technique - pour progresser en course

La recherche de la vitesse est la base de notre sport, c’est le coureur qui est le plus rapide sur la totalité de la course qui gagne, nous recherchons donc à réduire les éléments contraires à l’avancé et d’augmenter les points positifs pour l’élévation de la vitesse.

Un geste technique précis grâce aux châssis et aux chaussures qui prolonge notre corps + un meilleur roulage (roues et roulements)
+ une restitution efficace de la poussée
= Plus de sensations, plus de plaisir de s’entrainer et de courir.

A vos patins et bon entrainement hivernal !
Christophe Audoire

Vous pouvez poser vos questions directement à Christophe à : roller.online@wanadoo.fr ou tel : 0 975 975 346

Liens utiles

Shop Ligne Droite
Rubrique réalisé avec le support de :
Ligne Droite
Votre spécialiste roller course depuis 1992
Des conseils de pro.
Mis en ligne  le 15 December 2007 - Lu 10322 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB