-
Le 14 May 2007 à 00:00 | mise à jour le 18 June 2007 à 17:15

Rennes sur Roulettes : un anniversaire arrosé !

Rennes sur Roulettes : un anniversaire arrosé !

La plus ancienne épreuve de roller française n'a pas failli à sa réputation. Pour son 25ème anniversaire, Rennes sur Roulettes a une nouvelle fois connu des conditions météorologiques dantesques. Sur un nouveau tracé, les patineurs ont dû jouer les acrobates et défier la pluie, le vent et les bandes blanches. Récit d'un week-end métérologiquement hallucinant...

Mis en ligne par 

25 ans de courses

Peu d'épreuves de roller françaises peuvent se targuer d'une telle longévité. La course bretonne a pris de l'ampleur progressivement. Passant d'un événement populaire local à une manifestation d'envergure nationale.
On se souviendra notamment des premiers inline qui firent leur apparition en 1989, laissant peu de chances aux patineurs en patins traditionnels.
Quelques années plus tard, vers 1997, Rennes intégrait le circuit de la World Inline Cup (dès sa première année d'existence). Hier, les meilleurs mondiaux ont pris le départ d'une épreuve devenue légendaire, autant pour l'accueil de son public que pour ses intempéries quasi-systématiques.

Déroulement de la course open

Les Opens ouvrent les hostilités à 9h00 du matin sur le bitume Rennais. Le sol est encore détrempé sur le Boulevard de la Tour d'Auvergne mais la pluie s'est arrêtée. 115 patineurs prennent le départ. La première ligne droite permet aux meilleurs de se placer rapidement aux avant-postes.
Le premier virage en épingle voit ses premières victimes. En haut du circuit, le demi-tour se fait dans une légère montée. La chaussée y est humide, grasse et très glissante. Il semblerait qu'il reste quelques hydrocarbures à cet endroit. Ajoutez-y des bandes blanches et vous obtenez un cocktail détonnant pour les glissades.
Même les plus agguerris prennent large et au pas. Philippe Poirier (VSF La Ferté-Bernard) est déjà devant avec Frédéric Bugli (RSC Grenoble) et Nicolas Dariel, ancien élite, qui rechausse les patins le temps d'une course après 8 mois sans entraînement.
Rapidement, la course s'écrème, le peloton éclate. La tête ne se compose plus que de 5 patineurs après quelques tours : Bugli, Dariel, Poirier, Enndewell, Vandenbrouck. On y retrouve les favoris.
A mi-course, Poirier et Bugli se font la belle. Il parviennent à prendre une avance confortable. Frédéric Bugli chute dans la descente le long du canal. Il commence à fatiguer et les jambes ne répondent plus très bien. Philippe Poirier l'attend. Les deux coureurs repartent ensemble.
Philippe Poirier, plus à l'aise sur le mouillé parvient à détacher Frédéric Bugli quelques minutes plus tard, environ un kilomètre plus loin. Philippe Poirier hausse le rythme. Les deux coureurs vont donc terminer la course en solitaire. Devant, Poirier creuse l'écart et franchit la ligne avec près d'une minute d'avance sur son adversaire. La 3ème place au scratch revient à Nicolas Dariel à encore une minute derrière. Il termine premier senior. Le niveau global de l'open est impressionnant cette année, notamment en vétéran. Philippe Poirier, 38 ans, semble toujours aussi affuté, Frédéric Bugli (42 ans cette année) n'est pas non plus en reste et ne manque pas de volonté pour rejoindre Poirier. Luc Chouteau, revient de loin et manque la 3ème marche du podium suite à une chute peu avant la ligne d'arrivée. Thierry Vandenbroucke prend la 3ème place en vétéran.
Chez les femmes, la victoire revient à Christine Chabenet (Paris Université Club) devant Lea Sangiorgio (RSC Grenoble) et Solveig Findley (London Skaters Speed Team). Lea mettait une combinaison pour la première fois aujourd'hui. Elle termine première senior.

Le marathon masculin sous des trombes d'eau

Comme chaque année, Rennes sur Roulettes est l'occasion pour les patineurs de s'engager sur un marathon de longueur importante. Cette année, ils ont dû effectuer 51,3 km et les organismes ont particulièrement souffert : douleurs aux adducteurs, chutes en pagailles (par deux fois pour le vainqueur), et fatigue importante.
Si la course féminine a eu la chance de passer pour une grande partie à travers les gouttes, les hommes ont dû se résigner à affronter des conditions météorologiques dignes du Cap Horn. La dégradation est allée crescendo. Chaque année, on aurait tendance à se dire "ce coup-ci, on va peut-être passer à travers", ou bien "ça ne peut pas être plus trempé que l'année dernière", et pourtant !
En prenant le départ, peu se doutaient qu'il faudrait affronter la tempête et des ondées diluviennes. La Bretagne n'a pas failli à se réputation.
Dès le premier tour, le vent a décidé de se mêler à la course. Peu avant le premier passage du peloton sur la ligne, une bourrasque envoie à terre une trentaine de mètres de barrières sur la ligne droite d'arrivée. Ce n'est qu'un début.
Par la suite, Eole, toujours aussi facétieux, s'amuse à faire traverser la piste aux plots délimitant le circuit.
Non content de fouetter les patineurs de trombes d'eau, il bouscule les barrières avant l'épingle et les envoie à terre régulièrement. Il faudra un bénévole devant chacune d'entre elles pour venir à bout du caprice et permettre aux patineurs de passer en toute sécurité.
Le début de course est animé par un chute collective d'une vingtaine de patineurs et dans laquelle les favoris sont emportés dont Nicolas Iten, leader de la WIC et Roger Schneider qui remontera tout le peloton après cet incident.
Les tours s'égrennent lentement. Pourtant, les patineurs ne plaisantent pas sur la piste. La course est partie très vite et la masse des patineurs s'écrème très vite avec ces conditions particulièrement sélectives.
D'un groupe de 25 patineurs, le peloton de tête a fondu comme neige au soleil. Il se réduit désormais à un groupe de cinq patineurs où l'on retrouve Massimilano Presti, Pierre Davide Romani, Shane Dobbin, Roger Schneider et le Diego Rosero.
En haut du circuit, dans le virage à 180°, même les plus agguerris passent au pas. Schneider semble faire partie de ceux que la pluie ne dérange pas. Le géant suisse relance aussi fort que s'il était sur sol sec. Le choix des roues a été primordial : les patineurs ayant opté pour des MPC se baladaient alors que ceux qui roulaient en Matter ont beaucoup plus souffert.
Du groupe de cinq patineurs, s'échappent Shane Dobbin et Roger Schneider, les deux patineurs ne seront plus rejoints. Fabien Hascoet part en chasse mais ne parvient pas à recoller. Il sera rejoint par le reste du groupe.
Devant, Schneider s'impose devant Shane Dobbin à l'issue d'un sprint puissant et face au vent. Massimiliano Presti (Italie) remporte le sprint des poursuivants devant Diego Rosero (Colombie) et Fabien Hascoet (France), premier français.

La course de Benjamin Douchin (Team Renard)
" Après un départ sur le sec, la course semblait se dérouler dans de bonnes conditions malgré un circuit très technique. Dans les premiers tours, le peloton se mit en route faisant quelques dégats en milieu de peloton avec une grosse chute entrainant une dizaine de patineurs et désorganisant le peloton.
Puis, quelques tours plus tard, la pluie fit son apparition. Le peloton fut scindé en plusieurs groupe entraînant la bonne échappée des plus forts.
Derrière suivaient plusieurs petits groupes, qui, par la suite n'en firent plus qu'un. L'échappée était hors de portée. Les autres equipes s'organisaient afin de préparer le sprint final. Les powerslide fuzion sous l'impulsion d'Alexis Contin prirent la tête des operations à 3 tours de l'arrivée, ce qui permis à ses deux coequipiers de régler le sprint du peloton.
Quant à moi, pris par une petite fringale, j'ai rallié la ligne d'arrivée avec le peloton avec beaucoup de mal."

Marathon féminin : Rollerblade mis en échec

Après un début de saison sur les chapeaux de roues, les filles de Rollerblade ont connu une petite déconvenue lors de la course de Rennes.
Il faut quand même dire que les italiennes ont disputé leur championnat national la veille de la World Inline Cup de Rennes. Les conditions de courses difficiles ne jouaient donc pas en leur faveur.
Les femmes partent sur un sol sec et sous un léger rayon de soleil. La course s'emballe rapidement et le peloton file à vive allure.
A l'avant, les attaques succèdent aux attaques. Chaque team y met du sien, de Sportvital Rollerblade, en passant par Ssanygong Jesa Bont ou encore Alessi Powerslide. Aux deux tiers de la course, la pluie s'invite et favorise la sélection. Six filles se retrouvent en tête dont les trois Sportvital Rollerblade, qui, du coup, sont en position de force pour négocier l'arrivée : Laura Lardani, Michaela Neuling et Tamara Llorens. On trouve à leurs côtés : Nicole Begg (Nouvelle-Zélande), Hilde Goovaerts (Belgique) et Jana Gegner (Allemagne)
Jusqu'à l'arrivée, Nicole Begg tentera de faire la différence sans succès. Au final, l'allemande Jana Gegner (Zepto) s'impose devant la néo-zélandaise Nicole Begg à l'issue d'un sprint très disputé. Tamara Llorens (Argentine) s'empare de la 3ème place pour Rollerblade.
Cette dernière rejoint donc Laura Lardini en tête de la Coupe du Monde. Nathalie Barbotin, première française, termine à la 7ème place en remportant le sprint du deuxième groupe.

Tempête sur le classement général de la World Inline Cup

De gros changements ont eu lieu en tête du classement de la World Inline Cup avec les chutes du Suisse Nicolas Iten et de l’Italien Fabio Francolini.
C’est Shane dobbin qui prend la tête. Nous avons donc actuellement 3 « kiwis » néozélandais aux 3 premières places.
Roger Schneider avec les 125 points de sa victoire à Rennes fait un bond au classement en revenant à la 4ème place.
Chez les dames, on notera le beau trio Sportvital Rollerblade sur le podium du général et un retour de Nicole Begg dans les 5 premières après un son mauvais classement à Séoul.
Après cette épreuve rennaise éprouvante pour les organismes, les Internationaux vont pouvoir souffler deux semaines avant de retourner en Asie pour la 2ème WIC en Corée le 3 juin prochain.
Après un début de saison relativement facile avec seulement 3 WIC en 2 mois, les équipes débuteront alors une série de 8 marathons qui s’achèvera le 14 juillet.
Les deux marathons en Asie rapporteront 200 points chacun aux vainqueurs au lieu de 125 points habituels, ce qui pourrait fortement bouleverser les classements.

Principaux résultats de la course de Rennes

Open masculin

1) Philippe Poirier - VSF Ferté Bernard (Vétéran)
2) Frédéric Bugli - RSC Grenoble (Vétéran)
3) Nicolas Dariel - Pas de club (Senior)
4) Thierry Vandenbrouck - Team Alstom Rider (Vétéran)
5) Enndewell Yves-Alain - Planet Roller (Senior)
6) Jean-Baptiste Boucher - Lille Métropole (Senior)
7) Luc Chouteau - RSC Grenoble (Vétéran)
8) Aurélien Alves E Silva - RS St Pierrais (Senior)
9) Franck Balandras - Team Alstom Riders (Vétéran)
10) Salman Al Bargaawy - Générations Roller Sport (Senior)

Open féminin

1) Christine Chabenet - Paris Université Club (Vétéran)
2) Lea Sangiorgio - RSC Grenoble (Senior)
3) Solveig Findley - London Skaters Speed Team (Vétéran)
4) Sandy Moser - Montpellier Funny Riders (Senior)
5) Tanya Gibson - London Skaters Speed Team (Senior)
6) Fannie Euvrard - Lou Roller Lyon (Senior)
7) Gwenaelle Laurent - Pas de club (Senior)
8) Claudia Dubourg - Paris Hockey Club (Vétéran)
9) Jeanne Boudry - Pas de club (Senior)
10) Ségolène Duret - Paris Université Club (Senior)

Elites hommes

1) Roger Schneider (Suisse)
2) Shane Dobbin (Nouvelle-Zélande)
3) Massimiliano Presti (Italie)
4) Diego Rosero (Colombie)
5) Fabien Hascoet (France)
6) Pier Davide Romani (Italie)
7) Scott Arlidge (NZ)
8) Wayne Begg (NZ)
9) Reyon Kay (NZ)
10) Kalon Dobbin (NZ).

Elites dames

1) Jana Gegner (Allemagne)
2) Nicole Begg (Nouvelle-Zélande)
3) Tamara Llorens (Argentine)
4) Hilde Goovaerts (Belgique)
5) Michaela Neuling (Allemagne)
6) Laura Lardani (Italie)
7) Nathalie Barbotin (France)
8) Linda Schellekens (Pays-Bas)
9) Melissa Bonnet (Argentine)
10) Natalia Artero (Argentine)

Classement général de la World Inline Cup après Rennes

Hommes

Nom et classementTeamNationalité 
1) Dobbin ShaneSportvital RollerbladeNouvelle-Zélande
2) Kay ReyonAthleticum RollerbladeNouvelle-Zélande
3) Dobbin KalonPowerslide PhuzionNouvelle-Zélande
4) Schneider RogerAthleticum RollerbladeSuisse
5) Rosero DiegoSportvital RollerbladeColombie
6) Presti MassimilianoBont HyperItalie
7) Iten NicolasSportvital RollerbladeSuisse
8) Francolini FabioPowerslide PhuzionItalie
9) Nation D.J.World Inline Center SpirotigerNouvelle-Zélande
10) Arlidge ScottAthleticum RollerbladeNouvelle-Zélande
11) Hascoet FabienSportvital RollerbladeFrance
12) Briand PascalPowerslide PhuzionFrance
13) Romani Pier DavideTNT CoreaItalie
14) Michael PeterPowerslide PhuzionNouvelle-Zélande
15) Boucher ThomasMatter World Inline CenterFrance
16) Begg WayneWorld Inline Center BontNouvelle-Zélande
17) Guyader YannMatter World Inline CenterFrance
18) Contin AlexisPowerslide PhuzionFrance
19) Saggiorato LucaBont HyperItalie
20) Zangarini FrancescoBont HyperItalie

Femmes

Nom et classementTeamNationalité
1) Lardani LauraSportvital RollerbladeItalie
2) Llorens TamaraSportvital RollerbladeArgentine
3) Neuling MichaelaSportvital RollerbladeAllemagne
4) Begg NicoleSsangYong Jesa BontNouvelle-Zélande
5) Gomez SandraAlessi Powerslide WorldEspagne
6) Turchiarelli GiovannaAlessi Powerslide WorldItalie
7) Gegner JanaZepto Skate TeamAllemagne
8) Samir GhizlaneSsangYong Jesa BontFrance
9) Penan CatherineSportvital RollerbladeChili
10) Barbotin NathalieAlessi Powerslide WorldFrance
11) Gloor NadineAthleticum RollerbladeSuisse
12) Goovaerts HildeCado Motus WorldBelgique
13) Shinozuka NachiWorld Inline Center InternationalJapon
14) Strüver TinaSsangYong Jesa BontAllemagne
15) Kuhn IndiaAthleticum RollerbladeSuisse

Liens utiles

Vidéo : marathon masculin
Galerie photos de rollerenligne.com
www.rennessurroulettes.com
Galerie photos de rollerenligne.com
Galerie photos de François et Marie
Galerie photo de Roller-Numérique Texte : Alfathor et WIC
Photos : Sylvain Rouillard
François et Marie
Mis en ligne  le 14 May 2007 - Lu 5800 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB