-
Le 05 April 2007 à 00:00 | mise à jour le 14 March 2015 à 16:17

Bilan de l'Assemblée Générale de la Fédération Française de Roller Skating 2007

Bilan de l'Assemblée Générale de la Fédération Française de Roller Skating 2007

L'assemblée générale 2007 de la F.F.R.S. s'est déroulée les samedi 17 et dimanche 18 mars au Forum du Perthuis à la Rochelle. Le quorum a été facilement atteint : 187 clubs étaient représentés. Durant un week-end, les élus ont fait le bilan des actions fédérales et tracé les grandes lignes des actions envisagées pour 2007. Retour sur l'assemblée...

Mis en ligne par 

Le rendez-vous annuel fédéral

L'amphithéâtre du forum du Perthuis n'était pas bondé mais le quorum a été atteint. L'assemblée générale a donc pu se tenir dans de bonnes conditions.
La ligue du Poitou accueillait l'événement. C'est donc logiquement le nouveau président fraîchement élu, Pierre Célat, qui ouvre le bal avec beaucoup d'humour et de décontraction. Après une rapide présentation touristique de sa ligue, il évoque la disparition de la presse généraliste papier, ainsi que la diminution du nombre des shops spécialisés. Il revient enfin sur les passages de roues dans sa ligue, ainsi que sur la croissance du nombre de B.I.F. et de B.E. ces dernières années.

Le budget

La F.F.R.S. a terminé l'année avec un solde positif d'environ 53.000 € alors qu'il a fallu éponger la dette du COCORILH. Pour rappel, le championnat du Monde de Roller Inline Hockey avait laissé un trou considérable dans les caisses de l'organisation.
Le budget prévisionnel a légèrement augmenté en 2007. Il atteindra les 3 millions d'euros. Il est calculé en se basant sur une croissance des effectifs de la F.F.R.S. d'environ 5 %. La fédération souhaite atteindre cet objectif grâce aux moyens investis dans les journées "Tous en roller".
De plus, le prix de la licence a été indexé sur le coût de la vie.

Les récompenses

La F.F.R.S. a rendu différents hommages durant la soirée du samedi. Elle a récompensé le dirigeant de l'année : Jean-Claude Gerber (patinage artistique) pour son investissement dans la discipline. Il n'a manqué de rappeler l'importance du travail des bénévoles.
Ensuite, la fédération a voulu remercier Serge Rodriguez pour l'ensemble du travail qu'il a effectué en faveur du roller en France depuis plusieurs dizaines d'années. Il n'était malheureusement pas présent pour se voir remettre la récompense. Elle lui sera donc transmise par Alain Pigeyre, secrétaire général de la F.F.R.S.

C'est un juste retour des choses quand on connaît l'engagement inconditionnel de Serge dans le monde du roller. Le président de la F.F.R.S, Nicolas Belloir a bien décrit son parcours. Serge devrait d'ailleurs prochainement représenter son dossier de V.A.E. (Validation des Acquis par l'Expérience) dans le but d'obtenir son brevet d'Etat.

C'est une autre grande personnalité du roller qui a été appelée par la suite pour son parcours sportif : Arnaud Gicquel. Roland Brousteaut s'est chargé de rappeler l'impressionnant palmarès du français. Rappelons qu'il a obtenu son premier titre mondial à l'âge de 19 ans. Il est le sportif le plus titré de la F.F.R.S.

Guillaume Vatré, patineur artistique, a vu les 21 années de sa carrière retracées par la trésorière fédérale. A travers de nombreuses anecdotes, elle est parvenue à tirer quelques larmes à l'intéressé. Depuis peu, le jeune homme de 26 ans est Conseiller Technique National.
Omar Neder, patineur de rink-hockey, a également été récompensé pour la médaille de son équipe aux Championnats du Monde.
Enfin, Monic Hémar a proposé de récompenser la slalomeuse Chloé Seyres et le sauteur Hakim Naït Chalal (N.R.A.) pour leurs médailles dans le circuit IFSA.

Les nouveaux élus

5 postes étaient à pourvoir au Conseil d'administration de la FFRS. 7 se sont présentés. Les élus sont : Boris DARLET (RILH), Didier LEFEBVRE (RILH) président de Rethel, Stéphane CASTERAN (Randonnée) de l'association AIR, Anthony HUGOT (Educateur sportif), Frédéric GUITTON (- de 26 ans) sportif de haut niveau.

L'évolution du nombre de licenciés de la F.F.R.S

La chute de 6 % des effectifs de la course interroge les instances dirigeantes qui ne comprennent que partiellement cette brusque baisse d'effectif. On pourrait émettre l'hypothèse que de nombreux clubs licencient maintenant leurs adhérents en randonnée alors qu'ils les licenciaient en course auparavant.

Les partenariats

La F.F.R.S rentre progressivement dans l'A.F.3.V. Le rapprochement entre les deux structures est de plus en plus important. Un groupe de travail a été mis en place sur le code de la rue. La F.F.R.S travaillera avec le CERTU suite à une demande à Dominique Perben, le ministre des transports. Ce travail s'inscrit dans une tâche plus large touchant l'ensemble des moyens de déplacement urbains doux : rollers, vélos, fauteuils roulants...
La question du statut du roller a également été abordée. Espérons que la France parviendra à un compromis du même esprit que celui qui a été trouvé en Belgique.

Evolution de la sinistralité

Le nombre d'accidents a augmenté, mais c'est surtout leur coût global qui a monté. Passage de 33 à 249 € par sinistre. Une étude est en cours afin d'identifier les pratiques sinistrogènes.

Quelques chiffres sur la FFRS

  • 7141 licenciés en artistique et danse,
  • 4936 lienciés en rink-hockey,
  • 7964 licenciés en course,
  • 12013 licenciés en roller hockey
  • 2060 licenciés en acrobatique (saut, slalom, street)
  • 1884 en skateboard
  • 9905 en randonnée
  • Un budget prévisionnel de 3 078 500 €
  • 1260 bénévoles au service des compétiteurs comprenant :
  • 300 juges nationaux dans 4 comités et 2 comissions nationales sportives
  • 700 juges régionaux
  • 260 jeunes juges

Le discours de Nicolas Belloir, président de la F.F.R.S

L'intervention du président de la F.F.R.S s'est axée sur le tryptique : développement, formation et communication. L'accent a été mis sur le développement.
Vous pourrez retrouver plus d'information sur cette intervention dans notre article dédié au rapport moral du président

Les axes de travail de la Direction Technique Nationale

Hervé Lallement débute son intervention en soulignant qu'il est nécessaire de mobiliser le roller autour d'un projet commun. Il concède que le skateboard est une pratique qui revêt des particularités culturelles et sportives. Il lui semble donc plus raisonnable de parler de cohabitation fructueuse plutôt que d'une véritable intégration du skateboard.
Il rappelle également les missions des comités nationaux :
- la mise en place d'un panorama de compétitions nationales. Le DTN demande un effort en direction des jeunes, afin de fidéliser les licenciés.
- Initier une réflexion sur le format des compétitions sportives. La course décline des formats attractifs réunissant tous les niveaux. Il incite le hockey à s'inspirer d'autres sports collectifs en organisant leurs phases finales sur un week-end afin de pérenniser chaque année un temps fort national. Il n'existe pas pour l'instant.
Il indique également que le ministère de la jeunesse et des sports ne comprend pas pourquoi le roller acrobatique et le skateboard ne cohabitent pas dans les compétitions alors que cela se fait aux X-Games notamment.
Les interrogations sur les résultats sportifs Hervé Lallement constate ensuite que le rang mondial de la France est satisfaisant mais se demande si les tricolores vont rester compétitifs au plus haut niveau. Reste t'il beaucoup de place pour les amateurs ?
On ne parle pas de professionnels. Le DTN note que de plus en plus d'athlètes ne font que du roller, sans pour autant en retirer un revenu professionnel. Il note le décalage avec les pays étrangers. Il constate également le manque de motivation à long terme des athlètes sortis des pôles. Il note également que la reconnaissance sportive à l'étranger n'est pas la même. Pour conclure sur ce point, Hervé Lallement indique qu'il ne font pas non plus tomber dans l'idée de croire que l'herbe est toujours plus verte ailleurs.
A un an des Jeux de Pékin, il s'interroge sur la définition du haut niveau à la F.F.R.S. Les nations européennes perdent de la vitesse. Un groupe de trois nations émergent : le Canada (RILH) et les hispaniques...
La question de l'unité fédérale fut récurrente dans son discours : "Etre une fédération roller de 50.000 licenciés ou un puzzle de 50.000 pièces commence à représenter quelque chose. Etre cinq associations de 10.000 ne ressemble à rien."
Le brevet d'état fut un bel exemple de mutualisation sportive. Le ministère souhaite maintenir cette unité fédérale. Ce critère d'unité pèse très lourd dans les demandes de subvention.

Travailler au plan régional et local

Il rappelle ensuite les fonctions des différentes commissions et remarque que les projets n'avancent pas forcément comme la F.F.R.S. le souhaiterait.
Aider les ligues devient un enjeu déterminant. La FFRS ne pourra pas aider suffisamment seule, il faut donc s'adresser aux régions. Le DTN a donc demandé au ministère un soutien supplémentaire. Il présente sa nouvelle adjointe, Annie Valençot, qui travaillera, entre autres, sur les relations avec les régions et les directions régionales Jeunesse et Sports.
La DTN comporte maintenant deux dirigeants : Hervé Lallement (Directeur Technique National) et Annie Valençot (Adjointe).
La principale action fédérale de l'année 2007 portera sur les journées « Tous en roller » qui vont bénéficier d'une aide ministérielle conséquente. La F.F.R.S a recruté 3 employés supplémentaires issus de la filière S.T.A.P.S. (NDLR : Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives - la filière formant notamment les enseignants d'éducation physique et sportive).
Amandine Migeon, Vincent Morvan et Xavier Santos auront chacun en charge un secteur géographique.
La formation va également subir un sérieux lifting : le Brevet d'Etat d'Educateur Sportif va être remplacé par un nouveau diplôme de niveau 4 (un certificat de spécialisation pour le roller, dans le cadre du BPJEPS, et une unité capitalisable complémentaire pour le skateboard). Pour les candidats en cours de cursus du BEES cette année et qui ne peuvent participer à l'examen spécifique en 2007, une dernière session sera mise en place pour toutes nos disciplines en 2008. La compétence d'entraineur sera sanctionnée par un nouveau diplôme de niveau 3.
En conclusion il rappelle ses buts : rester compétitif au plus haut niveau, conserver une cohésion fédérale, réussir la régionalisation et renforcer la proximité avec les clubs.

Liens utiles

Assemblée Générale de la Fédération Française de Roller Skating 2007 à La Rochelle (17)

Le rapport moral du président Nicolas Belloir
Le bilan du patinage artistique
Interview de Nicolas Belloir (2005)

Texte : Alexandre Chartier
Photos et vidéos : Alexandre Chartier
Mis en ligne  le 05 April 2007 - Lu 2689 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB