-
Le 02 April 2007 à 00:00 | mise à jour le 02 April 2007 à 00:00

Bientôt une nouvelle rando à Montpellier ?

Bientôt une nouvelle rando à Montpellier ?

Voilà plusieurs années que la randonnée officielle de Montpellier est moribonde. Les principaux clubs de randonnée et de vitesse de la ville de Montpellier se sont réunis pour discuter de la mise en place d’une nouvelle rando commune les premiers vendredis de chaque mois...

Article par 

Une rencontre des principaux clubs locaux

Les débats se sont ouverts sur un constat d’échec de la formule actuelle que la préfecture a d’ailleurs annulé. Pour l’instant, seuls 20 à 40 patineurs prennent le départ une fois par mois, depuis la place de la Comédie pour faire le tour de l’Ecusson.
Il faut donc repartir de zéro. Ainsi, aucune randonnée ne sera proposée jusqu’à juin afin de préparer l’événement dans les meilleures conditions.

Les objectifs

Les organisateurs souhaiteraient réunir environ 80 à 130 personnes pour la première randonnée. Ils souhaitent se placer dans une logique de service vis-à-vis de la municipalité et de l’agglomération. La mairie reste néanmoins un partenaire appréciable pour favoriser la communication et participer à la sécurité en mobilisant les forces de l’ordre. Les associations réunies pensent qu’il est nécessaire de savoir si la mairie de Montpellier veut ou non une grosse randonnée urbaine.
Le but est d’offrir une image et un service clé-en-main à la Mairie et de valoriser la ville à travers la randonnée. Les organisateurs souhaitent montrer la dimension gagnant/gagnant de ce projet.
Le but sera de se retrouver sur les patins pour être ensemble, c’est un moment de convivialité. Auparavant, quelques tensions entre les différents clubs limitaient les possibilités de mise en place d’un véritable rendez-vous convivial. A terme, on essaiera d’associer les handisports, les handbikes, etc.

Quelles structures d’organisation ?

Une question majeure a été soulevée : doit-on s’appuyer sur une structure existante pour organiser la rando ou monter une nouvelle structure associative commune ? Plusieurs possibilités ont été évoquées : s’appuyer sur le Comité Départemental de Roller-Skating, créer une fédération des clubs locaux et monter une nouvelle structure de toutes pièces.
Cette dernière procédure est simple mais prend 3 à 4 mois. Les clubs présents voudrait lancer la première randonnée en septembre, mais idéalement en juin.
Cependant, les élections municipales en 2008 risquent de geler la mise en place de l’ensemble. Il est donc peut-être préférable de récupérer la structure actuelle existante et de l’utiliser en attendant de repartir sur des bases neuves.
Il a donc été décidé de s’appuyer sur l’existant pour l’instant, de garder les dates de rendez-vous, et d’agrandir seulement l’équipe en l’élargissant aux différents acteurs du roller à Montpellier.

Un nouveau point de départ : le nombre d’or ?

Le rendez-vous initial se situait sur la place de la Comédie, non loin du Corum. Tout autour, se trouvent des descentes, le tramway qui peuvent être pratiques et mettre en avant la discipline, mais qui mettent aussi en danger les patineurs.
La place du Nombre d’Or a donc été suggérée pour limiter les risques car l’emplacement est moins exposé. On y trouve des bancs et un espace plus sécurisé. Le risque de gêner les riverains et les commerces n’est pas négligeable. Il est donc préférable de les démarcher afin d’avoir leur sentiment sur ce point.
L’endroit est assez fréquenté car c’est un lieu de passage vers le reste du quartier d’Antigone. On a la possibilité de se garer gratuitement sur zone (même si assez peu de places sont disponibles). De nombreux parkings existent à proximité et le tramway dessert bien le lieu.
Enfin, à partir de cet endroit, on peut tracer des circuits relativement plats et allant partout dans la ville.
En revanche, la visibilité n’est pas exceptionnelle.

Les tracés

La rigueur est de mise avec les instances préfectorales. Il faudra donc déterminer les tracés avec beaucoup de précision dans leur descriptif. Vis-à-vis de la ville, on veillera à valoriser les grands lieux de Montpellier.
Le moment de la pause est sujet à réflexion : à mi-chemin c’est juste, il faudrait plutôt proposer un arrêt aux deux-tiers du tracé. Le lieu reste aussi à déterminer en fonction des parcours : Henri IV, Parking des Arceaux, Charles de Gaulle, Albert 1er...
Elle devra être précisée bien avant pour permettre à des patineurs de rejoindre le cortège en cours de route. Avec le tramway à proximité, c’est plus pratique. On pourrait aussi éventuellement longer les tramways de temps en temps pour permettre aux fatigués de rentrer si besoin.
Les parcours doivent d’abord été déterminés. Les clubs doivent être une force de proposition. Des tracés seront soumis lors de la prochaine réunion. Initialement, on partait sur une rando en une boucle. La question de plusieurs boucles a été abordée. Cette idée sera peut être proposée une fois que la rando sera pérenne. Des lâchers peuvent être possibles pour satisfaire les avides de vitesse. On verra à terme.

Les autorisations

Une fois les parcours tracés, une demande au service des sports va être nécessaire. Au-delà de 20 patineurs, le projet doit être présenté à la préfecture.
Pour démarrer, la périodicité sera mensuelle. Il n’y aura pas d’interruptions, même pendant les vacances.

Le niveau de la randonnée

La question du niveau minimal requis a également été abordée. Pour les débutants, on peut prévoir un temps de battement pour déterminer quelles personnes ne seront pas capables d’évoluer dans de bonnes conditions. Elle sera ouverte à tous à condition que les patineurs sachent tourner, freiner, et que les enfants soient accompagnés de leur responsable légal.
*

Le staff et la sécurité

Les clubs souhaitent voir au moins deux staffeurs de chaque club pour avoir une représentation équitable. La balade nécessitera de disposer d’un réservoir de 20 à 25 patineurs pour qu’il y en ait 10 à 15 en permanence. Une personne sera nécessaire pour coordonner le staff.
La présence de la Croix-Rouge est nécessaire au delà de 200 personnes. Un véhicule léger d’intervention aura forcément un coût qu’il conviendra d’évaluer.
La police à vélo doit pouvoir aider l’organisation à encadrer. En ce qui concerne l’assurance : la mairie devrait être de la partie dans la mesure où sa responsabilité est engagée. Une convention sera indispensable pour formaliser l’ensemble.

La communication

La communication municipale est limitée par les élections législatives qui vont démarrer prochainement. La randonnée doit être apolitique et aconfessionnelle. Un soin particulier doit être apporté au choix des couleurs des visuels.
La mise en place rapide d’un site et d’un forum permettra d’échanger plus facilement entre les clubs organisateurs. Les internautes pourront également se renseigner facilement. Reste à trouver le nom de l’événement.

Le nom de la randonnée

Des propositions de noms ont été faites : « la randonnée du Nombre d’Or », « Et si ce soir on faisait le mur (Montpellier Urban Roll’)? ». D’autres idées seront suggérées lors de la prochaine réunion et soumises au vote…

Une volonté de neutralité

Aucun club ne doit être mis en avant lors de la randonnée, par souci d’équité. Elle ne doit pas avoir d’étiquette d’un club ou d’un autre. A terme, on peut envisager la mise en place d’une identité randonnée (T-Shirt).
Il a été décidé à la majorité que les clubs devront faire passer les consignes de ne pas porter leurs tenues distinctives. Sur le site, des liens seront proposés en direction des sites des clubs. On indiquera les activités proposées par ces clubs. En cas de réunion, il est préférable d’avoir une à deux personnes de chaque club pour le représenter. Ces personnes relaieront les informations à leur club.
On propose qu’une personne nrparticipe pas à plus de 3 réunions consécutives avec les institutionnels. Cela évite la mise en avant d’une personne par rapport à une autre.

Prochaine réunion

- Avoir déterminé des parcours.
- Désigner des staffeurs
- Désigner des enquêteurs et sondeurs pour démarcher les commerçants
- Diffuser le compte rendu
- Prochaine réunion le lundi 16 avril à 19h30.

Conclusion

Cela faisait longtemps que les clubs de Montpellier ne s’étaient pas réunis autour d’un projet commun. C’est un grand pas pour le développement du roller dans la ville. On regrettera l’absence de Montpellier Roller, le club de hockey, ainsi que de la Roller School qui pourront toujours rejoindre le projet à terme. En attendant, bon courage aux organisateurs et vivement la première rando !

Etaient présents

Guillaume Barbaz (Skali), Philippe Hubière (Gadget), Caroline Lejeune (Clochette), Robert Cornut, Delphine Sene, Eric Fouilloux (Motard34), Jacques Bailly (MUC), Philippe Rossi, Samuel Mathieu, Juan Carrascosa, Antoine Lopez, Françoise Martin, Bernard Montiel (Skywalky), Grégory Maurel, Christophe Combesecure, Alex Jedrejewski, Alexandre Chartier (Alfathor).
Entités présentes à la réunion 5 entités : MUC, Funny Riders, Montpellier Inline, Rando Montpellier, indépendants… Aux personnes qui ont pris la peine de se réunir pour cette cause commune
Mis en ligne  le 02 April 2007 - Lu 1324 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB