-
Le 17 January 2007 à 00:00 | mise à jour le 17 March 2009 à 13:52

Hervé Lallement, Directeur Technique National

Hervé Lallement, Directeur Technique National

Au plan national, le sport de masse et le haut niveau sont gérés par le Directeur Technique National. Hervé Lallement occupe ce poste clé à la Fédération Française de Roller-Skating. Il nous raconte son parcours, nous explique ses fonctions et les interactions avec les différents organes fédéraux. Il nous livre aussi son sentiment sur quelques questions d’actualité. Entretien…

Article par 

"Le D.T.N. est un poste carrefour"

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Hervé Lallement. J’ai 45 ans, je suis marié et j’ai 2 enfants. De 1979 à 1987, j’ai été à la fois sportif de haut niveau (course) et étudiant en kinésithérapie (diplôme en 85). J’ai également passé mes brevets d'état (1er & 2ème degré). J’ai aussi été élu au comité directeur de la F.F.R.S. (collège des sportifs de haut niveau 1981).
De 1987 à 1995, j’ai exercé le métier de kinésithérapeute et fait une formation en ostéopathie. J’ai été élu au C.D. F.F.R.S. (collège des éducateurs sportifs). J’ai collaboré avec la Commission Enseignement de la F.F.R.S. Enfin, j’ai fait partie de l'encadrement médical des équipes de France.
En 95, j’ai passé le concours du professorat de sport et intégré la Direction Technique Nationale (D.T.N.).
En 1998, le Président de la fédération m’a sollicité pour prendre le poste de Directeur Technique National.
En résumé, je suis un sportif de haut niveau qui ne s'est pas éloigné de sa fédération une fois sa carrière sportive finie. Je me suis investi à la fois comme bénévole (formation) et comme professionnel (kinésithérapeute) avant qu'une opportunité se présente d'intégrer l'équipe technique.

Etes-vous patineur ?

J'ai dû prendre ma première licence à la F.F.R.S. en 1973. J'étais Benjamin 1ère année dans la discipline Course. J’ai été membre des équipes de France de 1979 à 1987. J’ai décroché deux titres titres de champion du Monde : en 1980 sur 5 km et en 1984 sur le relai.
Aujourd'hui, je patine plutôt pour entretien de la forme et la prise de plaisir sur les pistes cyclables de la région bordelaise (et 15 à 20 km/h moins vite).

Comment devient-on Directeur Technique National ?

Le D.T.N. est nommé par le ministre. Cette nomination se fait sur proposition conjointe du Ministre de la Jeunesse et des Sports et du Président de la fédération.

Quel est le rôle du D.T.N. ?

Il a pour fonction d’assurer la relation entre le Ministère de la Jeunesse et des Spots et la fédération pour laquelle il œuvre, en l’occurrence la F.F.R.S.
Il doit aussi proposer une politique sportive qu'elle soit de haut niveau ou de développement.
Enfin, il a pour fonction de diriger l'équipe technique nationale.

Quelles sont ses principales missions ?

Les missions du D.T.N. sont définies dans une lettre de mission signée par le ministre qui définit 6 grands domaines d'intervention :
1. Sport de haut niveau
- 1.1. politique sportive du haut niveau (grandes compétitions)
- 1.2. conception de la filière d'accès
- 1.3. suivi des sportifs : liste Haut Niveau, aides, insertion
2. Sport pour tous
- 2.1. élaboration du projet de développement
- 2.2. respect de la réglementation sportive
3. Formation & emploi
4. Encadrement technique
- 4.1. direction et animation de la D.T.N.
- 4.2. lettre de mission, formation continue, notation
5. Médical et scientifique
- 5.1. Encadrement des stages et compétitions
- 5.2. suivi longitudinal des Sportifs de Haut Niveau
- 5.3. Lutte contre le dopage
6. Financier
- 6.1. Elabore la convention d'objectifs dont aides personnalisés aux Sportifs de Haut Niveau
- 6.2. Suivi des engagements par rapport à la convention d'objectifs

De qui dépend le D.T.N. et à qui rend-il des comptes ?

Il rend des comptes principalement à son administration, le Ministère de la Jeunesse, des Sports, et de la Vie Associative, et en particulier à la Direction des Sports lors de la signature annuelle de la Convention d'objectifs.
Il rend aussi compte des travaux de l'équipe technique aux élus de la fédération. Il s’adresse enfin aux clubs lors de l'assemblée générale même si à cet instant précis nous sommes plus sur un versant information /communication et rapport d'activités.

Qui a t'il sous ses ordres ?

Il a sous sa coupe les agents du ministère placés auprès de la fédération (16 Conseillers Techniques Nationaux et/ou Entraîneurs nationaux, ainsi que les agents fédéraux (5 cadres fédéraux). Vous pouvez consulter l’organigramme de la D.T.N. ci dessous.

Avec quelles personnes travaille-t-il principalement ?

Le D.T.N. est justement un poste carrefour. Il travaille de concert avec le ministère et les élus de la fédération. Il dirige l'équipe technique nationale.
Au Ministère, les axes forts sont : le suivi de la C.O., le haut niveau et la formation A la F.F.R.S., le D.T. N travaille avec le Président et la Trésorière, les Présidents de Comités nationaux et de commissions sans oublier mon collègue au quotidien : le Directeur Administratif et Financier. Depuis combien de temps travaillez-vous sur le dossier F.F.R.S. ? Je suis D.T.N. depuis le 1er avril 98 (et ce n'était pas un poisson).

Quelles sont les spécificités d'un sport comme le roller ?

Le Roller est connu mais pas comme sport(s). Il y a un réel décalage entre l'image "grand public" (rando du vendredi soir et acrobaties sur les espaces urbains) et la réalité de la pratique fédérale. Il faut à la fois surfer sur une image décalée et arriver à présenter la fédération telle qu'elle est.
L'une des spécificités est la pluridisciplinarité. La F.F.R.S ne comporte pas moins de 7 disciplines toutes différentes les unes des autres.
A priori celles qui pourraient être les plus proches (acro /skate) ou (rink/rilh) se tournent le dos et ne mutualisent pas grand chose.
Je donne souvent cet exemple. Comment voulez vous que des personnes extérieures à la fédération (et qui ne connaissent pas le poids de l'histoire) comprennent que nous soyons amenés à gérer 2 hockeys ?
Même paradoxe sur un skatepark (ou rollerpark pour certains puristes) skate et roller ne cohabitent pas au sein de mêmes compétitions avec des épreuves pour chacun d'entre eux. L'athlétisme nous montre l'exemple avec des meetings réunissant courses, sauts, lancers, etc.
Dans ce domaine, le skateboard est plus une discipline associée à la F.F.R.S. qu'une discipline du Roller. Normal qu'elle n'y trouve pas toujours son compte ni sa place alors qu'elle souhaite légitimement décliner sa propre identité.

Quels sont les axes de travail actuels ?

- Maintenir la compétitivité des équipes de France
- Développer la fédération en assurant une liaison forte Fédé-Ligue-Club ailleurs que dans l'organisation "classique" des compétitions régionales et nationales. Mettre en œuvre un programme qui à la fois valorise la fédération et représente une réelle aide pour nos clubs. "Journées Tous en Roller"
- Promouvoir le Roller en apportant un soutien aux organisateurs d'événements d'envergure.
- Améliorer notre communication en commençant par le petit a (site Internet, calendrier, communiqués de presse, photos, résultats sportifs & palmarès) avant de voir plus grand.
- Adapter nos schémas de formation aux directives et commandes du Ministères de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative.

Selon vous : comment séduire les patineurs non affiliés à la F.F.R.S. ?

Si j'avais la réponse ! Plus sérieusement, en leur proposant des activités qu'ils ne peuvent faire seuls. Dans ce domaine, certains clubs ou associations ont déjà trouvé des solutions.
C'est souvent la valeur humaine des dirigeants et entraîneurs du club qui recrutent, fidélisent les pratiquants et développent leur association. Certains ont peut être plus de moyens que d'autres (éternelle rengaine) mais justement les autres se donnent les moyens d'avancer. Question de personnalité, de compétence, d'envie (que sais-je ?) et malheureusement, je ne crois que cela puisse être un domaine d'intervention de la fédération.
Par contre la fédération peut (doit) construire et mettre à disposition les outils qui facilitent ces démarches des dirigeants de club. Elle tente de le faire avec des dispositifs tels que : Ecole du Roller Français, kit de communication, formation d'initiateurs et entraîneurs, programme journée Tous en Roller, etc.

Dans quelle mesure le roller pourrait-il accéder ou non au cercle fermé des sports olympiques ?

Il y a un cahier des charges à remplir qui présente l'organisation mondiale du sport ou de la discipline. La Fédération International de Roller Sports a constitué ce dossier pour la discipline Course. A ce titre, le Roller figurait parmi les 5 sports susceptibles d'intégrer le programme olympique lors de la réunion du C.I.O. de Singapour.
Par la suite il faut obtenir 2/3 des votes des membres du C.I.O. en faveur de l'intégration du sport. Il est en projet de ramener cette barre à 50% de vote favorable

Quelles seraient les disciplines concernées selon vous ?

La Course est réellement la seule discipline qui aujourd'hui serait en mesure d'avoir une petite chance. Le nombre de nations présentes dans les autres championnats du monde est trop faible ou trop inconstante.
Par ailleurs, le Rink Hockey fut sport d'exhibition lors des Jeux de Barcelone (1992) et il a raté son examen d'entrée. Il n'a pas amélioré sa copie depuis.
Mais le C.I.O. est capable de nous réserver des surprises. Si une discipline est colossalement soutenue par un énorme sponsor… ça peut inverser la tendance. Nous avons eu quelques exemples en la matière.

J’ai oui dire que le CIO s’intéressait de plus en plus aux sports de glisses car ils touchaient une cible peut visée jusque là par les J.O. : les jeunes. A ce titre, le street aurait été évoqué. Qu’en pensez-vous ?

Je n’ai pas suivi ces informations et/ou orientations du C.I.O. J’avais lu l’envie globale de rénover et d’intégrer des disciplines « jeunes » cela renforce certainement les chances du roller.
Quant au street ou globalement le roller acrobatique et à son organisation internationale : ce sont des pratiques naissantes pour le slalom et saut, privée et chaotique pour le street et la rampe. Je me permets donc de douter quant à leur chance d’intégrer les J.O. Mais il y a quelque fois des décisions surprenantes…

Le roller artistique à roues alignées a du mal à se faire une place au sein de la F.F.R.S. et risque même de rejoindre la fédération des Sports de Glace. Qu’en pensez-vous ?

En ce qui concerne le Patinage artistique en ligne, le C.N.P.A. ouvre ses compétitions à ces patineurs. Quant à aller à la F.F.S.G. ? Pourquoi faire ?
Je crois que cette discipline évoluera doucement. Je pense que l’on peut être aussi ou plus performant dans certaines spécialités du patinage artistique avec des rollers in line. La balle est dans le camp des entraîneurs et patineurs qui doivent prouver leur compétitivité.

Liens utiles

Interview de Nicolas Belloir, président de la F.F.R.S (2006)
Assemblée générale de la F.F.R.S(2006)
Site du Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative
Site de la Fédération Française de Roller Skating

Interview : Alexandre Chartier - Photos : Merci à Hervé Lallement

Mis en ligne  le 17 January 2007 - Lu 18848 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB