-
Le 19 December 2006 à 00:00 | mise à jour le 15 January 2011 à 08:21

RILH : Rethel récupère la Coupe d'Europe

RILH : Rethel récupère la Coupe d'Europe

On les aura cru dépassés, peu inspirés, voire maladroits, et pourtant les joueurs ardennais de Rethel ont su boucler la Coupe d'Europe de Roller Inline Hockey en beauté, reconquérant ainsi leur titre de Champion d’Europe, face aux Artzaks, il y a quelques semaines à Anglet. Résumé d'un week-end qui a souri aux formations françaises...

Mis en ligne par 

Une finale 100 % française

Sensation de cette coupe d'Europe, les Angloyes auront poussé les rethélois dans des souvenirs vieux d'une année quand les italiens d'Asiago leur avaient ravi le titre au terme d'une finale houleuse. Un sacre obtenu dans la douleur qui reflète bien la progression du Roller In Line Hockey européen vers un jeu rapide et collectif. Retour sur les huit équipes qui auront assuré un beau spectacle durant cette finale.

8ème > Rubi Cent Patin (ESP)

Pour sa première participation, cette équipe composée uniquement de joueurs espagnols aura péché par son inexpérience et ses trop nombreuses pénalités. Dans le groupe le plus relevé, ils n'auront pas réussi à accrocher la moindre victoire après avoir pourtant fait douter les clubs français. Dimanche matin, dans la lutte pour la 7ème place, ils auront subi un réveil bien difficile puisqu'ils seront très rapidement menés de 4 buts, un écart qu'ils ne parviendront jamais à combler.

7ème > Assemheim Patriots (ALL)

Totalement amorphe durant les matchs de poule, les allemands d'Assenheim auront vécu deux journées très difficiles. Proposant un jeu stéréotypé, peu excitant, les Patriots n'ont jamais semblé à leur place dans cette finale. Enfin libéré des enjeux de cette finale, leur victoire dans le match pour la 7è place aura redonné un peu de couleur aux joueurs de Pfannmuller.

6ème > Hawks d'Angers (FRA)

A la même position que l'an passé, les Hawks regretteront sûrement leur départ difficile contre le club hôte futur finaliste et le futur champion. La troupe de Carlos Perez aura produit un niveau de jeu irrégulier durant le week-end alternant séquences collectives inspirés avec des périodes plus difficiles. Les angevins, réputés pour leur défense exemplaire, auront alloué une moyenne de 5 buts par match, sûrement trop pour espérer atteindre le dernier carré. Ils devront désormais se tourner vers le Championnat de Nationale 1, duquel ils sont toujours en tête en compagnie de Rethel.

5ème > Espanya HC (ESP)

Le club de Majorque obtient la 5ème place, sûrement une petite déception pour un club toujours bien classé dans les joutes européennes. Après avoir surclassé Assenheim, déstabilisé complètement Asiago, ils ont tout simplement explosé face à leurs compatriotes de Valladolid dans le match qui leur aurait permis de se joindre aux demi-finales. Face aux Hawks, les majorquins ont su jouer de réalisme pour obtenir la 5ème place.

4ème > Asiago Vipers (ITA)

Champion en titre en 2005, les Vipers ne siègent même pas sur le podium à l'issu de ce week-end. Avec une équipe renouvelé, mais toujours forte de la présence de CJ. Yoder et B. Yingling, les Italiens ont payé leur manque d'automatismes et d'un coaching peu convaincant. Jurs Penko, l'autre recrue de dernière minute, pourtant officielle doublure de Commisso, aura joué un rôle conséquent dans les deux dernières défaites des noir et orange. Ce sont tout d'abord les époustouflants Artzak qui profiteront du choix de Christian Rela, ancien capitaine des Vipers désormais coach de son équipe, qui pensant cette demi-finale totalement à leur portée préféra préserver son portier numéro un en alignant le slovaque. En quelques minutes, les Basques trompèrent aisément le gardien adverse avant de finalement éliminer leurs rivaux en prolongation. Dans la petite finale, c'est à la suite de la blessure de Commisso que les Italiens virent les Espagnols de Valladolid revenir au tableau de marque, puis définitivement l'emporter en mort-subite. Les Vipers n'auront pas été à la hauteur de leur sacre passé, sans fond de jeu, se reposant souvent sur leurs individualités, les ex-Champions d'Europe n'auront pas enthousiasmé les foules lors de cette finale.

3ème > Valladolid (ESP)

Le club d'Angel Ruiz est la belle surprise de la compétition. Après être monté en puissance dans les matchs de poule avec notamment un dernier match spectaculaire contre Majorque (victoire 13 à 1), l'armada la plus européenne de cette Coupe, avec plus d'une demi-douzaine d'étrangers, aura chèrement vendue sa peau lors de sa demi-finale contre les rethélois, créant à deux reprises l'égalité avant de céder dans le temps supplémentaire sur un slap lointain de Fred Corbeil. Dans la petite finale, portée par la puissance du shoot de Petr Horachek et la vista de Stefan Jonson, l'équipe espagnole s'offrira le luxe de renverser le Champion en titre après un retour convaincant et une prolongation très disputée. Valladolid décroche une médaille de bronze méritée.

2ème > Anglet (FRA)

Les Artzak auront offert à leur public tout un week-end de spectacle fort en émotion. Au prix de trois jours d'effort et d'un jeu plein d'entrain, ils évoluent encore dans la hiérarchie continentale pour atteindre une très belle place de Vice-champion d'Europe. Jusqu'à 15 minutes de jeu dans la finale, les joueurs d'Olivier Dimet avaient réalisé le parcours parfait. En commençant par une victoire difficile contre les Hawks d'Angers, les Angloyes ont pris la mesure de la compétition élevant leur niveau de jeu pour décrocher un nul face aux Rethélois. En demi-finale, dans le match le plus spectaculaire du week-end, les Basques ont tout simplement surclassé les Vipers grâce à un jeu offensif empli de réalisme et un travail défensif sans relâche. Épaulé par un Roman De Preval au sommet de son art, les locaux décrochaient, en over-time, le ticket d'entrée pour la finale sur un exploit personnel du jeune Jimmy Ferrez. C'est donc devant une salle comble que les Artzaks ont disputé une entame de match euphorique atteignant en moins de dix minutes la marque de 3 buts à 0. Ce départ plus que parfait était néanmoins contrecarré par l'orgueil de leur adversaire ardennais qui reprenait en main le match, avant d'acculer les rouge et vert en seconde période. Comme le précisait le maire de la ville d'Anglet lors de la cérémonie de clôture cette défaite finale ne doit pas réduire la performance des Basques à la fois pour ce qui est de la compétition et de l'organisation de cette Coupe d'Europe.

1er > Rethel (FRA)

Après un recrutement orienté vers la reconquête du titre continental, tout le monde attendait les Diables au sommet dans cette finale. C'est peut-être pour cette raison que les Rethélois ont d'abord déçu par leurs prestations contre Anglet en match de poule, puis en demi-finale contre Valladolid. Un match contre les espagnols où les ardennais ont affichés de surprenant soucis défensifs et un manque d'inspiration peu habituel devant la cage adverse. C'est sans paniquer que Thiébaut Koch a remis à deux reprises en prolongation les clés à Fred Corbeil et sa ligne de supériorité numérique, le Canadien trouvant finalement la faille sur son cinquième shoot. En finale, face à la fougue des jeunes basques, les Ardennais prenaient l'eau très rapidement et semblaient à court de solution. Pourtant au fond du gouffre, les Champions de France retrouvaient espoir grâce à Jimmy Lefranc qui offraient deux passes lumineuses permettant à Benjamin Bireloze puis Fred Corbeil de remettre l'ERA sur les bons rails. De nouveau confiant, les Ardennais élevaient leur niveau de jeu pour dérouler contre des adversaires à l'agonie physiquement. Les rethélois retrouvaient enfin le jeu qui en fait la meilleure équipe européenne depuis quatre années. Une étincelle qui se traduira par une troisième étoile brodée sur les poitrines des joueurs du Président Lefebvre.

Liens utiles

Comité National Roller In Line Hockey
Site de l'organisation
rollerhockeyfrance.com Photos : Organisation
Texte : KH pour rollerhockeyfrance.com
Mis en ligne  le 19 December 2006 - Lu 2487 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB