-
Le 23 November 2006 à 00:00 | mise à jour le 29 December 2010 à 14:56

Interview : Axel Terrien

Interview : Axel Terrien

De retour des championnats du Monde d'Anyang, la jeune équipe de France a pu prendre conscience de l'ampleur du travail qu'il restait à accomplir pour accéder aux plus hautes marches des podiums internationaux. Nous avons rencontré Axel Terrien qui faisait partie de la délégation française. Voici son interview...

Mis en ligne par 

Racontes-nous comment tu es venu au roller...

Avant je ne faisais pas d'activités sportives. Olivier Babonneau, ancien patineur du Team Salomon International et entraîneur à Saint-Germain en Laye, est instituteur. Il a fait un remplacement dans l'école d'un de mes grands frères, Eric qui faisait du street. Eric a alors essayé et commencé la vitesse. Puis Brice, mon second frère. Je les ai suivis.

Peux-tu nous raconter tes débuts ?

Je ne me souviens plus trop, je crois que je ne partais pas très bien puis que je remontais au fil de la course.

Pratiques-tu d'autres sports à côté du roller ?

Pas en compétition. Je pratique le surf et le windsurf, dommage que l'eau ne soit pas plus chaude en hiver en France.

Quels patins utilises-tu ?

Je roule avec des chaussures Mariani WRC presque standards (sauf la déco), des platines Salomon 4*1OO, et des roues Roll'X.

Comment as-tu trouvé tes sponsors ?

Je suis sponsorisé par Roll'X. Je l'ai trouvé tout naturellement, cela fait longtemps que mon club est proche de Roll'X et que nous nous connaissons. Mais ça ne suffit pas, il fallait en plus deux conditions qui ont été remplies, le sponsor veut des résultats. De plus, les Roll'X me conviennent parce que ce sont des bonnes roues.

Peux-tu nous décrire une de tes journées ?

En ce moment c'est lycée - repos ou alors lycée – entraînement - repos. Et quelques sorties le week-end. Je passe beaucoup de temps devant la télé ou sur mon PC, surtout à communiquer.

Es-tu attiré par d'autres pratiques que la vitesse en roller ?

Pas pour l'instant !

Par qui es-tu entraîné ?

Stéphane Urien est mon entraîneur actuellement. J'ai eu la chance d'avoir deux excellents entraîneurs, Olivier Babonneau tout d'abord à Saint Germain en Laye puis Stéphane à Bouguenais depuis 2002. La base c'est la confiance réciproque. Je fais totalement confiance à Stéphane pour m'amener en forme au bon moment, c'est-à-dire en juillet –août pour 2007. J'ajouterais que c'est aussi lorsque ça ne va pas que j'ai besoin de Stéphane, et il est toujours disponible à ces moments-là.

Combien de fois t'entraînes-tu par semaine ?

2 à 3 par semaine en saison creuse, après j'augmente à l'approche des épreuves importantes, jusqu'à une fois par jour dès que je suis en vacances en juin pour préparer l'Europe et le mondial. Je roule certainement moins que d'autres, j'ai surtout besoin de travailler des points spécifiques (vitesse, course à points,…), en résumé je mise sur la qualité plutôt que sur la quantité.

Selon toi, quels sont tes points forts ?

Je ne sais pas trop, sûrement la technique et l'endurance.

Quels seraient les points à améliorer ?

Travailler sans cesse ma vitesse de pointe pour le sprint, comme tous les fondeurs.

Piste ou route ? Pourquoi ?

Je ne sais pas vraiment, tout dépend de mes sensations, du moment. Je mets en général un peu plus de temps que les autres à m'adapter aux circuits ou aux pistes que je ne connais pas. En effet, je dois vraiment essayer plusieurs trajectoires pour connaître un minimum les lieux afin de pouvoir avoir de bonnes sensations.

Quels sont tes objectifs pour la saison et les années à venir ?

D'abord retourner aux championnats du monde en junior, puis faire tout mon possible pour atteindre un podium. J'ai été plus près que ce que j'aurais pu penser cette année avant de partir en Corée (4ème au marathon et 4ème au relais sur route) mais ce n'est pas pour ça que ce sera plus facile l'année prochaine. Il y a sur chaque course une dizaine de coureurs capables de monter sur le podium, il faut réussir sa course ce jour-là et un peu de chance aussi ne nuit pas !

Est-ce que tu évolues dans un pôle ?

Non. Cela m'a été proposé l'année dernière, et après avoir bien réfléchi je n'ai pas accepté. Le pôle c'est très bien, je suis d'accord, mais j'ai préféré garder mon entraîneur et mes amis au lycée. Le roller n'est pas au centre de ma vie toute l'année. Pour moi, il faut que ça reste un plaisir. C'est vrai que lorsque je veux augmenter mon entraînement c'est plus difficile qu'avec un emploi du temps aménagé comme au pôle de Nantes, mais j'y arrive.

Comment vois-tu le passage aux courses avec les adultes/élites ?

Sur la French Inline Cup aux Herbiers je ne me sentais pas mal avec les élites. J'étais content de rentrer dans le top 10 pour avoir une prime au scratch ! A Oostende sur le 30 km aussi, mais le niveau n'est pas celui des World Inline Cup. L'expérience et le physique doivent être importants, surtout sur piste, et j'ai encore le temps avec cette saison en cadet.

Que fais tu comme études actuellement ?

Je suis en première S.

Penses-tu pouvoir faire du roller ton futur métier ?

Je ne pense pas, je verrai au moment venu.

Quels sont tes projets professionnels ?

Pour l'instant je ne sais pas trop, peut-être des études de kinésithérapeute.

Comment vois-tu l'évolution du roller dans les années à venir ?

Aucune idée, j'espère qu'il aura l'occasion de devenir plus médiatique.

Ressens-tu un écart de niveau entre les européens et les autres continents dans ta catégorie ?

Cette année je pense que oui, il y avait un réel écart de niveau mais je pense que c'est surtout dû à la préparation car je n'ai pas vu de différence au niveau de la technique. Dans leur préparation, quand on voyait les coréens sur la piste, on aurait dit des militaires. Par contre, je ne sais pas s'ils savent courir tout seuls. Ils mettaient des oreillettes à toutes les courses, même sur les 300 m. Les patineurs asiatiques sont bien préparés et ils connaissaient la piste par coeur à Anyang.

Tout le monde utilise des oreillettes ?

Oui, nous en avions aussi, mais elle ne fonctionnent pas toujours bien. Elles apportent un plus si elles sont bien utilisées avec l'entraîneur. Cela évite par exemple de tourner la tête à chaque tour et d'être prévenu en cas d'attaque.

Fiche technique

Prénom : Axel
Nom : Terrien
Surnom : Pas de surnom
Age : 16 ans
Lieu de naissance : Saint-Denis (Île de La Réunion)
Pointure : 42/43
Poids : 60 kg
Taille : 1,72 m
Team anciens et actuels : Salomon Devo Team et depuis cette année Roll'X
Plat préféré : Aime pas mal de plats très différents.
Musique préférée : Plutôt rock mais apprécie différents styles.
Hobbies : Windsurf, surf
Citation préférée : Tant qu'on n'est pas mort, on est vivant.
Meilleur souvenir : Championnat de France route 2005 malgré les mauvaises conditions climatiques car il a eu 3 titres et une place de 2ème.
Pire souvenir : Championnat de France route 2006, aucun podium. Mais c'est peut-être ce creux de forme en mai qui m'a permis d'être bien à Anyang en septembre.
Entraînements : 2 à 3 par semaine en saison creuse, après j'augmente à l'approche des épreuves importantes.
Débuts en roller : 1996 environ
Titres : 8 titres de champions de France, le premier en poussins.

Texte : Alexandre Chartier
Photos : Michel Terrien & Thierry Cadet (F.F.R.S.)
Mis en ligne  le 23 November 2006 - Lu 4878 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB